Hôtel de Guerray

Venez découvrir les joies du XVIII ème siècles.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chambre de Laurent De La Castille

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Lun 16 Avr - 21:05

Henri soupira. Lui et pas un autre? Pourquoi lui justement? Qu'avait-il de si spécial? Il était sûr qu'il y avait bien d'autres compagnons à fouetter et à soumettre, peut-être même pires que lui. Il n'était pas si beau que ça, non? Certes, il avait un certain charisme et une beauté spécifique, mais tout de même. Ou alors c'était tout simplement le fait qu'il était un ancien noble et que Laurent voulait tout juste chercher à l'humilier davantage. Pourtant, ils n'étaient pas en si mauvais termes autrefois, non?

"Justement, pourquoi moi? T'aurais-je en quelque façon offensé dans le passé qui mérite pareil châtiment?"

L'argenté lui pria une nouvelle fois de se rendre sur le lit, mais il ne bougea pas d'un poil, haussant simplement les épaules. Et voilà qu'il s'approchait de nouveau, avec son petit sachet. D'ailleurs, il ne lui avait toujours pas dit ce que c'était, et le blond en conclut que c'était tout simplement de la drogue. Il résista, mais tomba finalement à dos sur le lit, et alors qu'il allait se relever, il sentit un poids sur lui et ses mains furent bloquées au dessus de sa tête. Henri lui lança un regard noir.

"Lâche-moi, immédiatement!"

Mais il referma bien vite la bouche, ne voulant pas laisser cette substance douteuse s'infiltrer dans son organisme. Il garda les lèvres pincées et la mâchoire serrée, défiant le noble du regard. Qu'il essaye de lui faire avaler pour voir. Gigotant et tentant de toutes ses forces de le pousser, Henri battait des jambes et tentait de libérer ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Lun 16 Avr - 21:46

Laurent ne risquait pas de laisser partir Henri ou de changer de compagnon.. C'est lui qu'il voulait, juste lui et seulement lui! Pourquoi? Il ne savait pas vraiment, Henri lui plaisait et il avait toujours voulut l'avoir... POurquoi aucune idée non plus... Il est vrai qu'Henri n'était pas le plus beau et le plus soumis et qu'ils n'étaient pas en mauvais thermes... Mais c'était ainsi... Il avait envie et il n'était qu'un gosse capricieux après tout!

"Parce que j'ai envie... C'est tout...."

Dit-il en poussant Henri jusqu'au lit pour le faire s'allonger et le bloquant en s'asseyant sur son bassin, bloquant ses mains au dessus de sa tête et lui demandant plutôt gentiement d'ouvrir la bouche mais monsieur le compagnon faisait encore des siennes, tentant de se débattre pour échapper à la poigne du jeune noble qui se rafermit...

"Aller... Ouvre...."

Dit-il plus froidement mais sans aucun succés... Il sortit un cachet magique de sa main libre et le mit entre ses lèvres séche sans l'avaler ni rien et posa sa main libre sur les joues d'Henri pour appuyer fermemant jusqu'à lui faire ouvrir la machoire et se pencher sur lui pour lui faire avaler le cachet... Qu'importe s'il s'étouffe il n'avait cas avaler!

"Avale!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Lun 23 Avr - 4:59

Henri jeta un regard courroucé au client, se débattant comme un diable avec les forces qu'il lui restait. Il n'avait plus de doute sur les effets de ce cachet, et était loin de vouloir le prendre, ne sachant pas quelles en seraient les conséquences sur son état d'esprit et sur ses actes. Sentant la main de Laurent sur sa mâchoire, il gesticula de plus belle, tentant de se libérer de sa poigne de fer sans grand succès. Il lui faisait mal, et bientôt, le blond finit par ouvrir la bouche alors que Laurent lui faisait avaler le cachet de force, l'entrant dans son gosier. Toussant, furieux, il lui mordit à temps la lèvre inférieure jusqu'au sang, avant de tousser de nouveau, essayant de recracher le cachet.

"Sa... Salaud! Je vais te buter!"

Il lui cracha au visage, le visage déformé par la haine alors qu'il sentait une chaleur lui monter le long des reins, jusqu'au visage. Des bouffées de chaleur lui venaient de part et autres, et bientôt ses joues étaient rougies alors qu'il ressentait les effets du précédent cachet avalé. Sentant ses forces le quitter et une autre sensation qu'il connaissait par coeur lui venir, et il sentit son pouls s'accélérer, ainsi que sa respiration. Non, ce n'était pas possible, il ne voulait pas. Ses sens s'embrouillaient, ainsi que son esprit.

"Lâ... Lâche-moi!"

La voix tremblante et manquant de conviction, il sentit son corps s'engourdir petit à petit alors que l'excitation montait en lui, et il n'en était que plus mortifié, essayant du mieux qu'il pouvait de résister, sachant parfaitement que toute résistance était inutile à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Lun 23 Avr - 9:31

Laurent avait une idée en tête et il irait jusqu'au bout quitte à mettre le cachet de force dans le gosier d'Henri! D'ailleurs c'est se qu'il dut faire... C'est que le bougre se débattait entre ses mains... Il avait beau crier ou être autoritaire, rien ne marcha alors plus qu'une seule solution... Il appuya fermemant sur la machoire d'Henri et lui fit avaler de force le cachet, récoltant au passage une lèvre meurtrie... Mais qu'importe, ça, ça n'était pas bien grave...

Le jeune noble lâcha doucement le jeune compagnon, essuyant sa lèvre avec un mouchoire alors qu'il voyait la resistance de son ancien compagnon de classe partir et qu'un nouveau désir entre dans ses veines, faisant rougir ses joues et accélérer son rythme cardiaque... Que c'étai agréable à voir... Bientôt Laurent pourrait lui demander tout se qu'il voudrait, Henri le ferait et c'était se qu'il voulait!


"Tu vois.... Ca n'était pas si difficile d'avaler... Je suis sur que tu te sens très bien et que nous allons passer un bon moment...."

Dit-il avec un sourire un peu pervers, passant une main sur le torse fin et brûlant du jeune homme, descendant plus bas pour caresser ses cuisses doucement, attendant que le cachet fasse totalement effet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Sam 28 Avr - 16:52

La rage montait en lui, et Henri aurait tout donné pour ne pas être, en cet instant, avec un être aussi ignoble que Laurent. Utiliser de telles bassesses pour obtenir ce qu'il voulait, était-ce réellement digne d'un noble de ce nom? Les mains libres, le blond n'opposa pas de résistance à la caresse sur son torse, frémissant sous le toucher. Sa peau semblait bien plus sensible que d'habitude, et elle était brûlante, ce qui rendait la main de l'argenté presque glaciale. Quand les doigts touchèrent ces cuisses, il eut un moment de lucidité et lui un donna un coup de pied dans la poitrine, l'envoyant hors du lit alors qu'il se redressait, haletant.

"Espèce... Espèce de..."

Henri ne trouvait pas les mots pour qualifier le noble, et il sortit du lit, se plaçant de l'autre côté, ayant Laurent en face de lui. Il pouvait sentir le besoin monter en lui, et son entrejambe le montrait bien, son membre s'éveillant sous l'effet du cachet. Regardant frénétiquement autour de lui, il chercha une issue de secours. La salle de bain? Pouvait-il seulement s'y enfermer? Il ne se souvenait pas d'y avoir vu un verrou. La porte d'entrée était verrouillée normalement, et pas moyen de sortir par la fenêtre.

Comme un loup en cage, il se sentit piégé. La clé, oui, où était-elle? Il ne se rappelait plus, il n'arrivait plus à se souvenir de rien. Sa tête était bien trop embrouillée, il se sentait étrange et ne supportait pas cette situation. Son cauchemar ne finirait-il donc jamais? N'y avait-il donc réellement personne pour l'aider? Henri ne faisait plus attention à ce que faisait le noble, perdu, mélancolique, excité également mais il avait l'impression que son esprit le quittait.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Sam 28 Avr - 22:33

Oui, Laurent était sans doute un être abjecte aux yeux d'Henri qui pourtant ne semblait pas être contre les quelques caresses que lui donna Laurent. Ce dernier commença par son torse doucement pour descendre sur les cuisses du jeune homme doucement mais ce fit soudainement repoussé plus loin par un Henri qui semblait avoir encore une certaine resistance.... Mais cela ne fit que renforcer le sourire de Laurent qui le laissa s'éloigner de lui...

"Et que comptes-tu faire? Sortir comme ça? exité comme un animal?"

Laurent se leva et se rapprocha du jeune homme jusqu'à être totalement devant lui... Il le bloqua de son corps pour le diriger de nouveau sur le lit et continuer ses caresses, en voulant bien plus... Oui... Il ne faisait pas ça juste pour le plaisir des yeux...

"Tu aimes... Ou si tu n'aime pas ton corps si... Il veut mes mains... là, ou là...ou là...."

Dit-il en promenant ses mains sur le corps d'Henri, touchant ses tétons et jouant avec avant de venir caresser le membre tendu pour venir mordiller le cou du jeune compagnon... OUi.... Il avait envie de lui...

"Je ne me priverais pas pour te faire hurler...de plaisir...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Jeu 17 Mai - 23:58

Henri frissonna sous les caresses. Il n'opposa pas une grande résistance aux attouchements de son client, et se laissa entraîner de nouveau dans le lit, détournant le regard et tentant de le repousser comme il le pouvait. Lui lançant un regard furieux, il ne pouvait nier que son corps le désirait, mais ce n'était pas de sa faute mais à cause de ce foutu cachet. A présent allongé sur le lit, les cheveux légèrement défaits et la respiration plus rapide, il laissa échapper un gémissement quand Laurent lui caressa les tétons et se cambra quand sa main parcourut son membre déjà éveillé.

"A... Arrête ça!"

Bougeant sa tête sur le côté, il laissa son cou vulnérable aux mordillements de l'argenté. Il finit par fermer les yeux, ne voulant pas une nouvelle fois passer par cela, et les paroles de Laurent ne le rassurait guère. Il détestait cela, il détestait Laurent, il détestait son corps de réagir de la sorte. Se mordant la lèvre inférieure, le blond essaya d'émettre le moins de bruit possible. Non, il ne céderait pas. Regardant ensuite Laurent dans les yeux, il était sur le point de craquer.

"Pour... pourquoi fais-tu cela? Ah, non! Arrête... Laisse-moi!"

Les joues rougies par la chaleur qui montait dans son corps, il avait les mains posées sur le torse de Laurent. Ses fébriles mains qui tentaient de le repousser, mais sans trop de conviction. Ce n'était pas juste. Pourquoi devait-il passer par une telle humiliation? Il n'arriverait certainement pas à s'en remettre, s'il laissait Laurent le prendre sans rien faire, et surtout s'il le demandait.

[Désolée pour le retard, manque d'inspi pour Henri >_>]
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Ven 18 Mai - 12:04

[pas de soucis^^]

Laurent avait joué un coup de maître cette fois-ci!! Ho oui... Il avait réussit à exiter Henri sans le toucher et il l'humiliait de la même façon... Dieu que c'était bon! et le jeune noble ne se priva de rien, il le narguait, caressait son corps et souriant sous les gémissements qui indiquaient clairement qu'Henri prenait son pieds... Oui, il le prenait et il avait beau protester et demander pourquoi il faisait ça, il ne le repoussait pas...

"Je fais cela parce que j'aime entendre des gémissements et j'aime voir le plaisir ravager ton corps...."

Oui, il adorait ça et comptait bien continuer... et puis, il se sentait exité de plus en plus alors... Il sourit sadiquement en commençant à se déshabiller pour frotter sa peau nu contre celle d'Henri... Hou... Que c'était bon... D'ailleurs l'une de ses mains libre déscendit vers l'intimité du jeune compagnon et commença à le titiller pour finalement entrer un doigt en lui histoire de le préparer un minimum...

"Tu vas aimer... Tu en redemanderas même... Ho oui...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Sam 19 Mai - 15:46

La respiration erratique, Henri regarda le noble se déshabiller, dégoûté intérieurement par ce qu'il faisait. Mais peu à peu, il perdait sa lucidité, et il finit par se laisser aller totalement aux caresses, sa peau frissonnant à chaque toucher. Les yeux mi-clos, le blond pouvait sentir ses reins le brûler, et son désir s'accumuler, notamment vers ses régions inférieures. Laissant échapper de temps en temps quelques gémissements, il se surpris à en vouloir plus, et passa ses bras autour de la nuque de Laurent pour l'embrasser avec ferveur, perdant complètement la tête.

Il finit par rompre le baiser quand il sentit une légère douleur au niveau de son intimité, et gémit de douleur, agrippant les cheveux de l'argenté. Il y allait plutôt vite en besogne, mais Henri le laissa faire, ne trouvant pas la force pour le repousser de toute manière. Regardant le visage de Laurent, il le trouva assez beau, et passa sa langue sur les lèvres du noble. Perdu dans les méandres de la confusion et du plaisir, il n'écoutait qu'à moitié les paroles qui lui étaient adressées.

Son membre fièrement dressé quémandait de l'attention, et Henri mordit dans le cou du noble, caressant son torse parfaitement bâti. Il lapa ensuite son oreille, gémissant de nouveau. Il pouvait sentir son sang pulser dans ses veines, et avait l'impression qu'il n'arrivait bientôt plus à se contenir, effets du cachet, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Sam 19 Mai - 22:25

Laurent avait bien joué cette fois-ci... Ho Henri ne s'y laisserait sans doute plus reprendre alors le jeune noble allait en profiter et faire durer ce plaisir le plus longtemps possible même s'il était déjà pressé d'entrer en son compagnon pour le faire hurler de plaisir... Mais il devait se retenir alors il commença à le caresser, jouant sur les parties sensibles tel que les tétons ou le membre d'Henri...

Et peu à peu le corps et la pensée du jeune déchu se firent de plus en plus sensible aux caresses de Laurent prenant même les initiatives de l'embrasser et de caresser son torse, se crispant légèrement sous la préparation que lui offrait généreusement Laurent...


"Détend toi ou ça fera mal...."

Vint-il chuchoter contre son oreille qu'il l'échouilla et mordilla avant de presser son bassin contre le sien... On aurait presque put croire à une relation conssentit par les deux partis... et pourtant... C'était vraiment tout le contraire mais ça, Laurent n'y penbsait pas pour le moment, venant jouer avec le membre tendu, glissant un doigt sur le gland brûlant, le pressant et jouant de son ongle dessus.... Il faisait ça pour le détendre et entrer un nouveau doigt en lui....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Lun 4 Juin - 19:37

Henri se laissa complètement faire. Il avait complètement perdu tout notion de lucidité après tout, et gémit encore plus fort sous les caresses et les attentions que l'argenté lui apportait, surtout au niveau de son membre gorgé de plaisir. Il en voulait plus, tellement plus. C'était un désir viscéral qui le prenait, lui montait jusqu'à la tête et il rejeta légèrement la tête en arrière quand un deuxième doigt entra en lui. La douleur passa rapidement et sans aucun problème. Dans cet état, le blond ne pouvait plus que ressentir que du plaisir, et tirer du plaisir de la douleur.

Se détendant comme Laurent le demandait, il émit un soupir de contentement, bougeant légèrement ses hanches, se collant contre le corps du noble, voulant sentir ses doigts plus profondément en lui. Ne ressentant aucune honte ni pudeur, il lapa son menton avec sa langue, avant de l'embrasser passionnément, découvrant chaque recoin de sa bouche avec envie. Emettant un gémissement étouffé quand un des doigts frôla le point sensible en lui, il finit par rompre le baiser et regarda Laurent dans les yeux, les siens étant voilés par le plaisir et mi-clos. De son visage se dégageait un air de soumission.


"Plus..."

Il voulait que les mouvements sur son membre dressé s'accélèrent, ainsi que les mouvements des doigts en lui. Embrassant de nouveau Laurent, il joua avec sa langue un instant, avant de caresser ses billes de chair et de les pincer entre ses doigts fins. Après tout, son côté dominant devait bien ressortir quelque part...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Mar 5 Juin - 11:04

Henri succombait aux caresses du jeune noble qui voulait faire durer le plaisir... Alors il commença par caresser le corps du jeune homme sous lui, l'excitant de plus en plus, jouant avec la cadence de sa main sur le membre d'Henri... Il faisait exprés d'aller doucement et puis d'accélérer soudainement avant de ralentir de nouveau.. Il appréciait grandement les gémissements du compagnon, le fait qu'il s'abadonné totalement à lui sans pour autant rester inactif....

Henri se mit à l'embrasser à pleine bouche, et Laurant se fit un plaisir d'y répondre avec ferveur, mêlant s alangue à celle d'Henri pour entrer un troisième et dernier doigt en lui, les bougeant étrangement lentement pour frustrer l'homme sous lui.... Et ça semblait marcher parce qu'Henri se tortilla plus et en demanda encore plus, se soumettant totalement à Laurent dont le membre tendu frotter contre les cuisses ouvertes du jeune homme...


"Dit moi ce que tu veux... Je veux l'entendre de ta voix.... Aller... Dis le...."

Laurent plongea ses doigts plus fortement en Henri comme pour l'inciter à le dire, le forcer alors qu'il accentué aussi ses mouvements sur le membre du compagnon avant d'aller enserrer la base du membre histoire de le faire se retenir un peu... Mais pour le noble... Que la situation était excitante, intéressante et il adorait ce petit produit magique....

"Dit...le...."

Chuchota chaudement Laurent en se penchant à l'oreille d'Henri pour la mordre plus fortement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Jeu 7 Juin - 17:16

Henri se cambra en sentant un troisième doigt le pénétrer. Il laissa échapper un long gémissement rauque quand les doigts en lui commencèrent à bouger. Son sexe pulsait dans la main du noble, et il haletait telle un chien assoiffé, les joues rougies par le plaisir et une certaine pudeur légèrement présente. Il mordilla le cou de l’argenté, bougeant ses hanches pour sentir ses doigts plus profondément en lui, et laissa échapper un cri quand ils frôlèrent un point sensible en lui. Frémissant en sentant le membre dur de Laurent contre ses cuisses, l’envie de le sentir en lui se fit plus forte. Il ne savait plus où se placer, et quand cette torture cesserait pour obtenir ce qu’il désirait.

"A-aah… Laurent, nnh…"


Ne pouvant prononcer les mots que désirait entendre son client, il cria plus fort quand ce dernier toucha avec plus de précision sa prostate. Il voulait jouir, venir immédiatement, mais Laurent l’en empêcher. Les lèvres entrouvertes, une fine pellicule de sueur recouvrant son corps si désirable, Henri frissona et ferma les yeux quand des dents le mordirent. Ne pouvant plus continuer avec cette douce torture, il finit par céder, ouvrant à moitié ses yeux pour regarder l’argenté avec des yeux voilés de plaisir.


"Je... Prends-moi, j-je veux te sentir en moi… s’il te plaît…"


Il était certain qu’un Henri en son état normal n’aurait jamais dit cela à son pire ennemi, celui qui avait osé le violer et le malmener. Il serait très certainement mort de honte, mais à ce moment-là, il n’avait pas sa tête et aucune pensée cohérente ne pouvait l’atteindre. Le blond réclama de nouveau les lèvres de Laurent, suçotant sa lèvre inférieure et la mordillant avant de l’embrasser à pleine bouche, ses ongles griffant légèrement son dos, signe de son impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Jeu 7 Juin - 22:43

Laurent avait plus que tout envie de prendre Henri, là comme ça, sans aucune préparation... Mais il voulait faire durer le plaisir, encore et encore. Alors il bloqua la jouissance de son compagnon en serrant la base du membre et entrant ses doigst en lui, l'un après l'autres, les bougeant pour faire hurler le jeune homme, le faire se tortiller de plaisir et soupirer encore et encore... il avait tellement envie d'aller dans cet antre chaude mais... Pas encore non....

"Dis le...."

Chuchota de nouveau Laurent en continuant de mordiller cette peau pâle et brûlante... Mon dieu qu'il avait rêvé de ça des dizaines de fois... entendre Henri gémir sous ses doigts, se soumettre à lui et lui demander de le prendre de cette façon avec ce ton suave, remplie de gémissements et de désir... Ho oui, il allait le prendre et de toutes ses forces mais avant, il répondit au baiser, mêlant sa langue à celle du jeune homme...

"Ecarte les jambes..."

demanda Laurent avant de s'y glisser. Il se dshabilla de moitiè et se glissa entre les cuisses chaudes et frémissantes. Il avait retiré ses doigts de l'intimité d'Henri et plaça son membre à son entrée. Avec un sourire sadique, il se saisit des cuisses de son compagnon pour entrer en lui d'un coup de reins unique et assez fort... Un long gémissement s'échappa de ses lèvres alors qu'il commençait un assez long et lent mouvement de hanches, ne se préoccupant pas de ce que pouvait ressentir son amant sur le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Jeu 14 Juin - 22:53

Henri avait cédé et prononça les mots que le client voulait tant entendre. Il l’embrassait avec ferveur, mêlant leurs deux salives et langues, se soumettant totalement à l’argenté. Dans cet état, il pouvait bien lui faire tout ce qu’il désirait, il ne se débattrait pas et se laisserait gentiment faire, tel un compagnon docile, et en demanderait même peut-être plus. Frémissant en entendant l’ordre, il gémit doucement et écarta plus ses jambes, le plus possible alors que ses bras s’accrochaient au cou de Laurent. Il le voulait tellement en lui, le désirait plus qu’autre chose. Une sensation de chaleur était présente dans son bas-ventre, presque insupportable.

Le regardant se déshabiller, seulement le bas, il passa sa langue sur ses lèvres rougies et gonflées par les baisers. Grognant de frustration quand au vide qu’il ressentit quand les doigts dans son intimité furent retirés, il fut bien vite servi quand le gros membre de Laurent entra en lui d’un seul coup, jusqu’à la garde. Rejetant la tête en arrière et se cambrant, il cria de douleur et de plaisir mêlés. Le noble ne lui laissa même pas le temps de s’ajuster que déjà il se mouvait en lui, certes lentement, mais il avait toujours légèrement mal, et il couina de temps à autre.

Alors que les va et vient dans son étroite intimité continuaient, le blond ferma les yeux, griffant de nouveau le dos de Laurent, enfonçant ses ongles dans sa chair et se mordant la lèvre inférieure. S’habituant finalement aux mouvements, il recommença tout doucement à gémir de plaisir. Son membre dressé lui faisait mal et il avait envie de venir, mais l’argenté l’avait empêché tout à l’heure.


"P-plus, Laurent… Plus fort… Plus… vite…"

S’il n’accélérait pas, il allait bientôt exploser. Croisant ses jambes autour de sa taille pour sentir son sexe plus profondément en lui, il balança ses hanches vers l’avant, criant de temps à autre. Les sensations étaient délicieuses, et son corps n’en demandait que plus.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Ven 15 Juin - 9:32

Laurent avait voulut les entendre ces petits mots et il les avait eu... Alors seulement à ce moment là il se décida à prendre Henri. Il retira d'abord ses doigts de son intimité, ne lâchant pas des yeux son compagnon qui écarta les jambes quand il le lui demanda... Il aurait pu lui demander toutes les positions que le noble aurait voulut, Henri l'aurait sans doute fait... Mais Laurent voulait que ça reste soft pour le moment, il avait juste envie de le prendre...

Le ejuen noble se déshabilla à demi et se glissa de nouveau entre les cuisses de son ancien ami et entra en lui d'un seul coup de hanches et jusqu'à la garde... Mais il n'attendit pas que l'intimité serrée s'habitue à son membre assez gros... Il commença à bouger doucement en Hanri, soupirant de plaisir et appuyant ses doigts sur les hanches d'Henri... Mon dieu que c'était bon....

Et ce fut encore meilleur quand Henri commença à bouger à son tour, en demandant plus, griffant son dos et nouant ses jambes autour de la taille de l'argenté... Avec un léger sourire en coin et en gémissant sans retenu, Laurent accéléra ses coups de reins, ressortant pratiquement de l'intimité pour y replonger d'un coup et chercher l'endroit qui soumettrait encore plus le jeune compagnon...


"Hum... Tu es si...étroit....hannn....."

Gémit Laurent en accélérant plus, bloquant toujours la jouissance d'Henri et s'amusant avec ce membre tendu... Oui, il adorait ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri de
Invité



MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Jeu 19 Juil - 0:58

Les jambes d’Henri étaient en l’air et tendues sous le plaisir, ayant desserré son étreinte autour de la taille de l’homme. Il se faisait toujours plus pousser dans le matelas moelleux à chaque entrée plus profonde du client, et enfouit son visage dans le cou de ce dernier, gémissant et laissant échapper un cri de plaisir quand il toucha son endroit le plus sensible, ayant l’impression de voir des étoiles. Il griffa le dos de l’argenté et mordit son épaule, voulant jouir mais ne pouvant pas, le noble empêchant toute jouissance.

"Je… Je veux venir…"

La drogue décuplait ses sensations de plaisir et son désir d’être touché, possédé. Ses longs doigts remontèrent la nuque de Laurent et se perdirent dans sa chevelure, alors qu’il l’embrassa de nouveau fiévreusement, toute sa logique et sa rationalité s’étant envolés pour le moment. Cette situation était horrible et humiliante, mais il ne s’en rendait absolument pas compte. Tout ce qui comptait à présent était le sexe de Laurent qui bougeait en lui, les doigts de Laurent, sa bouche, tout son corps.

"Nnh… Laurent, s’il te plaît ! Ahh !"


Son érection était telle qu’elle lui était presque douloureuse à présent. Il allait finir par exploser si le noble ne le laissait pas venir. Henri le regarda avec des yeux suppliants et remplis de désir alors que les mouvements se faisaient plus brutaux à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Mer 25 Juil - 8:40

[je suis impardonnable pour cette longue attente!!!!!]}

Laurent ne gémissait que plus en sentant le corps d'Henri se tendre sous lui pour atteindre une jouissance qu'il bloquait... Ho non, pas encore, il ne voulait pas le laisser jouir encore parce que ça ne serait pas assez fort et assez marquant dans l'esprit du jeune homme... Alors il continua encore et encore, donnant de véritable coup de buttoir en Henri, appréciant encore plus cet étroit fourreau chaud qui le faisait gémir sans aucune retenue...

"Supplie moi encore...."

Gémit l'argenté qui donna un coup de reins encore plus violent dans l'intimité pour venir toucher la prostate d'un coup... Il manqua se mettre à jouir d'un coup en sentant l'intimité d'Henri se resserrer autour de lui mais il se retint un maximum et recommença encore et encore jusqu'à se sentir incapable de se retenir... Alors qu'il allait jouir, il se mit à caresser le membre presque violet maintenant d'Henri et le libéra d'un coup sans porévenir...

Il fallut au noble toute sa force pour se retenir de jouir avant le compagnon et ce ne fut que lorsque la semence de son ancien ami inonda sa main qu'il jouit en lui, s'encrant dans un dernier coup de hanches en lui et criant son plaisir... Tout son corps se tendit avant de se relâcher un instant sur le corps tremblant du jeune homme dans lequel il resta le temps de laisser leur coeur se calmer...


"Alors... Tu as aimé...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou de Béjarre
Client
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Où tu voudra, mon chou ~ ♥
Titre : Noble, unique héritier de la Maison de Béjarre
Loisirs : Faut-il vraiment le préciser ?
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Mar 15 Jan - 21:01

{Désolée du temps que j'ai mis à répondre, mais je commence à avoir pas mal de boulot ... Et ça ne va sûrement pas s'arranger de sitôt !}

~


L'air était doux, au dehors ; il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid ; un vent léger soufflait à peine, faisant murmurer en choeur le fleuve et les feuillages des arbres le bordant ; le ciel était clair et dégagé. Une belle journée, en somme, où il faisait bon être à l'extérieur, et le décor charmant des bords de Seine offrait un cadre propice aux ballades, aux allanguissements sur l'herbe fraîche, aux baignades peut-être, et même à d'autres genres d'activité. Lou s'était régalé de ces quelques instants de délectation, et l'air du dehors lui avait ravivé un esprit embrumé par trop de journées passées dans le lieu clôt de l'hôtel, où la chaleur de ses nombreux ébats avait fini par lui monter à la tête. On aurait pu songer, alors, qu'il voudrait rester ici, dans un lieu agréable et aéré, et non pas se précipiter à nouveau dans un espace fermé ... Mais il avait bien d'autres projets en tête, et il se trouverait mieux, pour les accomplir confortablement, dans une chambre. Il avait passé trop de temps dans la sienne, si bien qu'elle commençait à le lasser, et l'idée de pénétrer dans celle de Laurent lui plaisait bien. Et puis si l'envie leur venait de changer encore de lieu, ils seraient libres.

Le jeune homme accepta, et Lou en fut ravi, quoiqu'il ne s'était pas attendu à moins de sa part. Après tout ce qu'ils avaient vu l'un de l'autre, il n'y avait plus à se cacher, et de toutes manières la pudeur était un terme dont aucun d'eux ne devait plus saisir la signification depuis bien longtemps. Le jeune Vendéen se laissa caresser et embrasser, et ne répondait pas avec moins d'entrain, glissant sensuellement sa jambe entre les cuisses de Laurent et joignant ses dents au jeu endiablé de leurs deux langues. C'est que le jeune homme était un partenaire à sa mesure, qui même immédiatement après l'acte ne perdait rien de sa fougue première ... Lui-même commençait même à avoir hâte d'avoir rejoint la chambre pour y reprendre de semblables activités que précédamment. Il ne se fit donc pas prier lorsqu'on l'enjoignit à ramasser ses vêtements, et récupéra souplement son corset laissé à terre et rendu légèrement humide. Il ne le remit cependant pas, mais se contenta de le laisser pendre négligeamment sur son épaule. Enfin il entreprit de rejoindre Laurent qui déjà se dirigeait vers l'hôtel.

En route, ils croisèrent plusieurs compagnons, et la plupart semblait connaître le Parisien. Lui-même n'avait jusqu'à maintenant pu profiter que de certains d'entre eux, quoiqu'il ait l'intention de les avoir bientôt tous goûtés, et il constata encore une fois que Laurent devait être un habitué de l'hôtel, ou du moins se trouver là depuis un moment.

Les deux hommes eurent tôt fait de gagner l'hôtel, puis la chambre de Laurent. Comme celui-ci s'effaçait pour laisser Lou entrer, le Vendéen mit finalement les pieds dans son antre et put la détailler à loisir. Le bruit de la porte qu'on refermait derrière lui ne l'allarma pas le moins du monde, comme elle aurait pu en effrayer certains. En vérité, il trouvait cette pièce fort agréable, et se réjouissait à l'avance de tout ce qu'il comptait y faire. Tranquillement, il alla s'installer sur le lit où Laurent le rejoignit rapidement avec deux verres d'alcool. Tandis qu'il commençait à siroter le sien, le souvenir de la première nuit lui revint brusquement, et avec lui tous les désirs qu'il avait forgés pour le jeune homme qu'il avait non loin de lui. S'il pouvait lui arracher ses faveurs ... Ses yeux brillèrent sauvagement à cette idée, mais il se reprit rapidement. Non, pas tout de suite ... Pas avant de s'être lui-même suffisamment gorgé de la vigueur dont le Parisien savait se montrer capable, pas avant de s'être entièrement satisfait. Il y songerait plus tard ; pour l'instant il s'offrirait encore, comme il l'avait d'abord prévu.

« Mais je vous en pris… Mettez vous à l’aise… »

Lou sourit à cet ordre implicite, et s'allongea tout à fait sur le lit. Il but encore quelque gorgée d'alcool tout en défaisant un à un, avec une lenteur appuyée, les boutons de sa robe. Celle-ci commençait à glisser doucement le long de ses épaules, dévoilant à nouveau ce qui avait été tant exposé plus tôt. Il s'arrêta cependant là et, posant son verre non loin, se détacha entièrement les cheveux. Ceux-ci étaient à l'origine coiffés en une haute coiffure, qui s'était trouvée un peu désordonnée avec les précédents ébats ; à présent totalement lâchée, sa chevelure lui tomba sur les épaules. Il demeura ainsi, à fixer Laurent de son regard émeraude, et dit simplement, la voix pleine d'ironie :

"Mais vous aussi, ne vous sentez pas gêné ..."


Dernière édition par Lou de Béjarre le Lun 24 Mar - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Mer 16 Jan - 23:13

Laurent avait bien aimé ce petit interlude en plein air. C’était toujours vivifiant et encore plus quand on prenait du plaisir… Oui, Lou était un amant de choix et le prendre contre cet arbre et aux yeux de tous n’était que plus agréable. Laurent avait vraiment apprécié. Lui qui comptait partir après cette balade décida finalement de prolonger un peu plus son séjour à l’Hôtel et pas seul. Non, il venait de trouver le meilleur amant qu’il n’avait jamais eu et il ne se contenterait pas de cette fois cette fois-ci. Loin de là même…. Il avait très envie de poursuivre et Lou aussi apparemment….

Assis sur l’herbe, le jeune noble laissa le campagnard se placer dans son dos et glisser ses mains le long de son torse de façon vraiment impudique. Mais loin de déplaire à Laurent, ce dernier finit même par se redresser pour attirer l’homme contre lui et venir mêler sa langue à la sienne langoureusement…. Déjà totalement remis, Laurent aurait bien remis ça maintenant…. Mais il se contint un minimum et sourit à la demande du jeune homme. Il lui demanda de ramasser ses affaires et prit la direction de l’Hôtel et surtout de sa chambre, ne se retournant pas une seconde, absolument sur que Lou le suivait…

Rapidement Laurent poussa la porte de sa chambre pour laisser passer Lou et le faire entrer dans la pièce fraîchement lavée et éclairée. Sans attendre, le jeune homme enjoignit Lou à se « mettre à l’aise » en gros, il lui demanda ni plus, ni moins de se mettre nu devant lui… Ho oui, il ne comptait absolument pas s’encombrer de lui faire la cour ou de prendre des pincettes… Il avait envie de le faire hurler et de le faire grimper au plafond rapidement et pas dans cinq heures…. Mais pour le moment, il alla leur préparer deux verres et vint se poser sur le lit, regardant le jeune homme s’y allonger au milieu et siroter son verre en défaisant peu à peu les boutons de sa robe pour la faire glisser lentement…


« Mais… Je ne vais pas me gêner…. »

Mais pour le moment, il sirota son verre doucement avant de le poser lui aussi plus loin et se rapprocher du jeune homme pour aider la robe en glisser, passant sa main sur les épaules avant de carrément venir se glisser dans le dos de Lou et poser quelques baiser sur sa nuque, virant totalement et entièrement la robe plus loin…. Il passa ses mains sur le torse du jeune homme lentement, remontant et s’amusant à trouver les zones les plus sensibles, souriant un peu… Il déciderait de quand il prendrait le jeune homme… Mais avant….

« Et si vous me montriez l’étendu de vos talents mon cher…. »

Bien sur, Laurent avait très envie de voir comment Lou allait se débrouiller sur son corps… Il avait envie de le voir entre ses cuisses en train de satisfaire la moindre de ses envies… Ho oui, ça serait vraiment plaisant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou de Béjarre
Client
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Où tu voudra, mon chou ~ ♥
Titre : Noble, unique héritier de la Maison de Béjarre
Loisirs : Faut-il vraiment le préciser ?
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Ven 18 Jan - 20:50

La libido de Lou s'était, il est vrai, enflammée comme rarement auparavant dans les bras du vigoureux jeune homme quétait Laurent. A présent, il en voulait encore, bien sûr, mais son esprit s'était légèrement calmé, quoique toujours plein de luxure. Il était plus posé et saurait mieux prendre le temps de faire monter son propre désir et celui de son hôte, il savourerait plutôt que de dévorer. Cela ne signifiait cependant pas qu'il avait l'intention d'être plus doux ou trop mou dans ses rapports, loin de là ! Mais il voulait rallonger les échanges, et le fait de s'être déjà trouvé satisfait l'y aiderait sûrement. Pour la suite - car il était évident dans son esprit qu'il y aurait une suite -, il en serait de même : y aller tranquillement, sans précipitation, mais avec toujours autant d'intensité. Et il y avait de nombreuses choses qu'il souhaitait également essayer avec le jeune noble - histoire de mieux se "connaître" ...

Laurent non plus, d'ailleurs, ne semblait pas vouloir presser les choses ; Lou le laissa défaire totalement sa robe et la lui retirer finalement entièrement. Il se trouvait à présent complètement nu, et on le caressait, on l'embrassait à loisir - il laissait faire, passant doucement sa main dans les cheveux de Laurent, appréciant cet agréable traitement.

« Et si vous me montriez l’étendu de vos talents mon cher… »

Il sourit largement à cette invitation. Laurent semblait savoir prendre goût à ses services qu'il avait pu déjà expérimenter auparavant. Il devait dans ce cas savoir que Lou ne répugnerait pas à les lui prodiguer ... quoiqu'il aurait aimé lui-même sentir les lèvres du citadin sur son membre. Mais enfin, il ne se faisait pas vraiment d'illusion et se doutait que cette idée ne devait pas même lui avoir effleuré l'esprit ... Il essaierait et verrait bien sa réaction, cependant.

Lou se redressa sur le lit et se rapprocha du jeune homme, tranquillement, sans se presser le moins du monde, avant de s'asseoir finalement sur ses genoux, lui faisant face. Il ne dit rien mais, souriant toujours, glissa lentement ses mains sur le torse de Laurent. Il le caressa un moment, de caresses appuyées et pinçantes par endroit, puis lui retira sa chemise, qu'il posa plus loin. Ce faisant, il avait placé leurs deux visages suffisamment proches l'un de l'autre pour pouvoir lui laper le nez, les joues et la bouche tout en laissant ses mains s'activer, et il se penchait parfois un peu plus pour approfondir ses baisers. Quand Laurent fut ainsi à moitié nu, il le poussa d'une main à s'allonger sur le lit tandis que de l'autre il lui retirait à nouveau son pantalon.

Toujours assis sur lui, il se laissa aller à quelques mouvements du bassin, venant frotter leurs deux membres ; s'allongeant à son tour, il colla également leurs bustes, et sa bouche vint titiller les oreilles. Du lobe, il descendit dans le cou, puis sur les épaules, avant de finalement gagner la poitrine où sa langue et ses dents se mirent à l'ouvrage sur les boutons de chair du jeune noble. Ses mains, pendant ce temps, ne demeuraient pas en reste : après avoir longuement caressé les hanches puis les cuisses, il se glissa finalement entre elles, et couvrit de son attention ce qui se trouvait là. Finalement, comme son visage descendait toujours plus bas, sa langue se glissant dans le nombril et lapant tout le corps, il arriva à la zone visée. Mais avant de s'y attaquer, il changea rapidement de position, se retournant complètement de façon à tourner le dos à Laurent et, tandis que lui-même avait l'objet à portée de bouche, il présentait ses propres parties intimes au jeune Parisien. Enfin, sans attendre sa réaction - et quelle qu'elle soit -, il se mit lui-même à l'ouvrage.


Dernière édition par le Dim 20 Jan - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Ven 18 Jan - 22:13

Une fois dans sa chambre, Laurent décida de finalement prendre un peu plus son temps. Il n’était plus vraiment question de se presser maintenant que Lou et lui avait été satisfait une première fois. Le jeune noble avait bien plus envie de faire durer le moment plutôt que de s’empresser et de prendre une nouvelle fois Lou. Non, il avait envie de faire durer les caresses et ne se gêna d’ailleurs pas pour promener ses mains sur le corps du jeune homme alanguis sur son lit. Il vint finir de déboutonner la robe lentement, glissant sa main sur chaque parcelle de peau fut caressée et léchée. La robe ne fut bientôt qu’un lointain souvenir alors que Laurent se glissait dans le dos du jeune campagnard, ne se gênant pas pour glisser ses mains sur ses formes douces et harmonieuses. Oui, Lou avait un corps parfait que Laurent ne se lassait pas de caresser….

Mais le jeune homme voulait plus et ne se gêna pas pour le demander à Lou en venant mordiller son oreille, descendant ses mains sur ses cuisses pour les remonter sur son torse, savourant la douceur de sa peau. Mais Laurent voulait plus et le demanda sans aucun détour à son amant du moment, glissant brièvement sa main sur son membre pour le caresser légèrement avant de le laisser se retourner doucement sur les genoux du citadin.

Souriant, le jeune campagnard prit son temps, glissant ses mains sur le torse de Laurent lentement, prenant son temps pour déshabiller le jeune homme, son visage assez proche pour l’embrasser autant sur les lèvres que sur tout son visage. Laurent posa ses mains sur les hanches du jeune homme mais ne l’entrava pas dans sa démarche pour le déshabilla et l’aida légèrement, surtout quand il lui enleva son pantalon, le laissant peu à peu l’exciter en se frottant à lui et se laissant allonger sur le lit, se calant contre les coussins…

La langue taquine commença sa longue descente sur le corps brûlant de Laurent qui, un sourire aux lèvres, laissa échapper quelques soupirs de plaisir, écartant légèrement les cuisses en posant ses mains dans les cheveux et sur la nuque de son amant, le massant doucement sans le lâcher des yeux. Ho oui, Lou était doué et savait faire grimper le plaisir…


« Vous êtes vraiment…. Doué…. »

Lâcha le jeune homme en soupirant de nouveau, appréciant de voir cette bouche passer sur ses cuisses sans pour autant s’arrêter sur son membre que les mains de Lou façonnées depuis quelques instants. Laurent poussa légèrement sur la nuque du jeune homme en grognant légèrement et arqua un sourcil en voyant soudainement Lou changer de position et lui présenter une vue… Ma foi bien alléchante mais quand même bien osée… Laurent n’aimait pas spécialement faire ce genre de choses… C’était pour lui une action de jeune soumis… Mais il ne comptait pas laisser le jeune homme s’occuper seul et soupira de plaisir sous la bouche experte. Laurent lui, glissa ses mains sur les bourses du jeune campagnard, les massant, venant mordiller une fesse avant d’y glisser ses doigts doucement, se saisit du membre pour le caresser tantôt rapidement, tantôt doucement, serrant ses doigts sur le pieux de chair de plus en plus fort avant de le relâcher légèrement, prenant du bon plaisir sous la bouche de Lou…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou de Béjarre
Client
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Où tu voudra, mon chou ~ ♥
Titre : Noble, unique héritier de la Maison de Béjarre
Loisirs : Faut-il vraiment le préciser ?
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Dim 20 Jan - 21:04

La diversité des sensations était quelque chose qui avait toujours étonné et passioné Lou. Dans le domaine des sensations erotiques, naturellement, cette diversité était telle à ses yeux qu'il ne craignait jamais de se lasser tant qu'il pouvait toujours expérimenter. D'une part, lorsque le corps s'éveillait sexuellement, il devenait si sensible que la moindre caresse entraînait des délices sans fin ; chaque action procurait un plaisir nouveau, et il suffisait de changer un simple mouvement, une simple caresse, un simple souffle pour engendrer encore une nouvelle sensation. Et s'il semblait parfois qu'on avait trop exploré, trop découvert avec une même personne, il suffisait de changer, de se trouver un nouveau partenaire, et tout pouvait être recommencé puisqu'à présent le corps était différent. Et le corps de Laurent était fort appétissant, poussant le jeune Vendéen à vouloir en explorer tous les recoins, à tenter toutes les expériences possibles. Il ne se priverait pas, d'ailleurs, puisque l'objet de son désir semblait avoir les mêmes pensées à son égard. Ils étaient libres, ils avaient du temps, de l'argent, de la jeunesse, et une fougue sans doute encore loin de s'éteindre ; ne pas en profiter aurait été pure folie.

Lou se réjouit de constater que ses petites expériences ne semblaient pas déplaire à Laurent ; celui-ci, de toute évidence, ne lui rendrait pas les mêmes services, mais au moins il acceptait de s'occuper convenablement de lui. Bienheureux sous les caresses qu'on lui prodiguait, Lou soupirait, et sa bouche se faisait plus langoureuse contre le membre encore légèrement humide de leurs précédents ébats. Il se gorgeait de ce goût particulier, de la chaleur qui se dégageait de toutes ces zones sensibles, de la peau qui se tendait doucement sous sa langue. On lui mordilla soudain une fesse, et une main se saisit de son propre vît. Les caresses appuyées qu'il ressentit firent redoubler ses soupirs, et la position dans laquelle il se trouvait les rendant étonnamment plus intenses, il dut reprendre appuie plus solidement sur ses genoux, posés sur le lit de part et d'autre du torse de Laurent.

Sa bouche quitta un instant son ouvrage, le temps qu'il prenne une brève inspiration ; il laissa sa langue parcourir le pubis avant de revenir sur la zone qui réclamait le plus d'attention. Il lécha doucement les bourses avant de remonter sur l'objet lui-même, le taquinant de la langue sans le happer totalement, en faisant le tour puis s'attardant sur son sommet. Enfin, il le reprit en bouche entièrement, et entama un va-et-vient solide, jouant des lèvres, de la langue et des dents, le mordillant même comme s'il avait voulu le dévorer. Quand il sentit que Laurent bandait suffisamment et que s'il continuait il ne tarderait pas à jouir, et que lui-même se sentait assez excité sous les caresses expertes du jeune noble, il se retira.

Encore une fois, il se retourna, de manière à se trouver de nouveau en face de son amant. Il l'embrassa langoureusement, ne ménageant pas les échanges salivaires, lui transmettant le goût de sa propre chair ; dans le même temps, ses mains parcouraient le corps en éveil, et s'attardaient à masser les hanches, les fesses et les cuisses, caressant de temps en temps le membre déjà bien tendu. Il lappa encore un moment le cou et le torse, puis se recula finalement, afin de manoeuvrer avec plus d'aisance. D'abord, il incita Laurent à s'allonger totalement sur le lit ; il se saisit ensuite de ses jambes, et lui plia les genoux avant de ramener ses pieds et de les caler sur la matelas. Une fois ceci fait, il alla lui-même s'asseoir sur le ventre de Laurent, le dos appuyé contre ses cuisses à présent relevées. De là, il fixait ses yeux avec intensité, se mordillant la lèvre inférieur tout en laissant une de ses mains caresser le torse du citadin, l'autre demeurant appuyée sur le matelas, lui servant à se garantir un meilleur équilibre. D'une voix suave, comme il savait si bien les rendre, il murmura, tout en souriant :

"Je dois bien avouer que j'apprécie votre ... force. Vous êtes relativement doué vous-même, je ne résisterai pas à l'envie de vous goûter jusqu'au soir - et jusqu'au matin, encore, si vous le permettez ..."

Comme il disait ceci, il s'était légèrement redressé, et son corps ainsi surélevé s'était plus encore collé aux jambes de Laurent. Lentement, il avait placé son intimité tout contre le membre dressé sous lui. Il aurait suffi qu'il se laisse retomber pour s'y empaler entièrement, ou que le Parisien relève haut ses hanches. Pour l'instant, lui-même n'en fit rien, et il se contenta d'effectuer des mouvements ondulants du bassin, caressant doucement le sexe de Laurent de ses propres fesses, sans aller plus loin ; ce faisant, il se léchait les babines, et ses yeux plongés dans ceux de Laurent brillaient d'un désir à nouveau éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Dim 20 Jan - 22:50

En effet, ne pas profiter de temps de changements et de la fougue de leur jeunesse. Oui, Lou et Laurent étaient jeunes, fougueux et en pleine forme… Alors pourquoi ne pas profiter de tout cela dans un exercice ma foi, fort intéressant. Le sexe était toujours intéressant du moment que l’on ait un partenaire de choix. Oui, c’était tout simplement excellent et Lou étant un partenaire de choix, le jeune noble ne pouvait que vouloir le consommer et le consumer de sa fougue et de sa chair… Il n’hésita pas à se glisser dans son dos pour le déshabiller et le caresser un instant pour finalement laisser Lou se retourner et le caresser à son tour, se glissant dans une position vraiment intéressante et excitante pour Laurent qui se laissa prendre en bouche avec plaisir…

Mais loin d’aimer faire ça, il ne laissa tout de même pas Lou sans aucune caresse et glissa peu à peu ses mains sur ses cuisses, ses fesses et remontant sur son membre, venant mordre sa chair tendre, le caressant vigoureusement, pompant sur la chair tendu et n’hésitant pas à le caresser en profondeur histoire de lui donner un peu plus de plaisir… et si Laurent prenait un plaisir monstre sous la bouche douée qui n’hésitait pas à mordre et lécher, il le rendit à Lou en le caressant comme il le fallait, s’attardant sur ses parties sensibles, heureux de faire haleter et glisser Lou…

Le jeune campagnard mena Laurent au bord de la jouissance mais ne le fit pas jouir. Il se redressa légèrement pour venir se jeter sur ses lèvres, lui faisant goûter son propre goût. Laurent sourit en coin, prenant le contrôle du baiser et glissant ses mains sans pudeurs sur les courbes du jeune homme, l’attirant contre lui pour se frotter contre lui, ne rêvant que de s’enfoncer dans son corps une nouvelle fois pour le voir se tendre de plaisir… Mais il ne pressa pas les choses et laissa Lou le positionner comme il le voulait, s’allongeant totalement sur le lit et relevant les jambes pour bloquer ses pieds sur le matelas. Le jeune homme se cala contre ses jambes, venant le chevaucher en lui faisant une magnifique proposition….


« Mais je vous le permet… Vous goûterez tout le reste du jour et de la nuit à mes charmes et mes qualités dans cette matière là… »

L’homme sourit en coin et posa ses mains sur les cuisses du jeune homme qui se positionna contre son membre sans pour autant s’y empaler, se contentant de jouer un peu avec le désir de Laurent, frottant le gland contre l’intimité… C’était frustrant et en même temps grisant… Laurent laissa faire quelques instants avant de redresser ses hanches, histoire de s’enfoncer un peu en lui mais ne força pas plus… Il voulait que Lou s’empale d’un coup, il le voulait maintenant et tout entier… Alors il se montra patient, glissant ses mains sur le corps du jeune homme, venant titiller ses tétons pour finalement revenir se saisir su membre gonflé de plaisir et le caresser langoureusement, un sourire pervers aux lèvres et n’hésitant pas ç glisser un ongle dans la petite fente du membre…. Rien que de voir le jeune homme se tortiller sous ses doigts l’exciter un peu plus et il ne tarda pas à lâcher dans un soupir d’envie quelques mots…

« Et si nous passions aux choses plus…sérieuses maintenant…. Qu’en pensez vous…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou de Béjarre
Client
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Où tu voudra, mon chou ~ ♥
Titre : Noble, unique héritier de la Maison de Béjarre
Loisirs : Faut-il vraiment le préciser ?
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   Mer 23 Jan - 18:23

{Encore une fois, je suis désolée pour l'attente ! Le travail ne s'arrange décidément pas, mais après la semaine prochaine il est possible que j'ai plus de temps libre}

~


Si lors de leur rencontre, au dehors, Lou s'était offert sans plus de cérémonie et s'il avait laissé Laurent guider tout, s'en remettant entièrement à ses puissants coups de rein, c'était uniquement parce qu'il s'était alors trouvé dans un état où le désir le brûlait tout entier, lui faisait perdre la raison, le rendait fébrile. Tous les aphrodisiaques du monde n'auraient alors pas pu lui faire atteindre ce degré d'excitation, et c'était uniquement une sorte d'abstinence ainsi que la connaissance des qualités de Laurent qui avaient pu l'amener à cet état. Maintenant, il s'était un peu calmé, et ses fantasmes avaient changé : tantôt, il ne rêvait que de se faire prendre avec force et le plus violamment possible, raison pour laquelle il avait voulu profiter de l'arbre et non pas d'un sol trop meuble à son goût ; à présent il voulait savourer et expérimenter.

Si, en se plaçant comme il l'avait fait au dessus du membre de Laurent, son but premier avait été d'exciter d'avantage le jeune homme afin de se garantir des échanges plus vigoureux encore, il ne pouvait nier que lui-même s'en était trouvé tout émoustillé. Mais il aimait ça, la suggestion, la provocation, ce court supplice qui éveillait entièrement le désir et le rendait plus fou, cette cruelle et pourtant divine chaleur qui lui saisissait les hanches à la simple anticipation de ce qui allait suivre ... Laurent, d'ailleurs, ne semblait pas indifférent à se petit manège, puisqu'il laissa faire un moment, se contentant de tenir les cuisses de Lou et l'aidant ainsi à mieux s'équilibrer. Il n'attendit pas trop, cependant, juste ce qu'il fallait, avant de venir de lui-même pénétrer le Vendéen ; cela se fit évidemment sans problème après une première fois et une lubrification plus que suffisante à la fois sur le membre et à l'intérieur même, grâce à la semence qui y avait été abandonnée plus tôt.

Lou se cambra en poussant un profond soupir lorsqu'il sentit Laurent entamer sa course en lui. Le jeune homme, pourtant, n'alla pas plus loin, et il le laissa couvrir son corps de caresses et venir presser doucement son membre dressé. Il gémit légèrement en sentant un ongle se glisser à la base de l'urètre, mais ne se débattit pas. Pendant ce temps, lui-même prolongeait la torture en ne s'enfonçant pas immédiatement, tournant même légèrement autour, laissant ses mains caresser et appuyer sur le torse et la poitrine de Laurent, passant sur son visage et sur ses cheveux. Enfin, il n'y tint plus, et relâcha tout appuie, s'empalant littéralement tout entier sur le dur objet ; il gémit longuement à cette divine sensation, haletant légèrement, crispant ses mains sur les épaules et les hanche de l'homme qui lui permettait d'apprécier telle expérience.

Lentement, il se retira, se redressant un maximum pour sortir de cette emprise délicieuse ; se penchant en avant, il alla happer les lèvres de Laurent, l'embrassant longuement tandis qu'encore une fois il se laissait retomber et empaler dans un râle de plaisir. Mais bientôt, ce rythme excessivement lent qu'il s'était d'abord imposé ne lui convint plus, et il dut à nouveau se pencher en arrière, appuyant son dos contre les cuisses du citadin ; il put alors prendre des appuis sûrs, et les va-et-vient qu'il effectuait de lui-même se firent plus rapide et plus intense comme il se refermait autour du membre. Il soupirait et gémissait allègrement, la tête rejetée en arrière et le regard flou, et ce faisant il ne cessait de masser et de griffer le torse sous lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre de Laurent De La Castille   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre de Laurent De La Castille
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Schumann - Musique de chambre, discographie
» St Laurent de Blain 44
» Orchestre de chambre
» Milteau à St Laurent du Var (06) en Janvier
» Laurent Naouri, baryton-basse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hôtel de Guerray :: L'intèrieur de l'hôtel. :: Les chambres des clients.-
Sauter vers: