Hôtel de Guerray

Venez découvrir les joies du XVIII ème siècles.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 legerement perdu

Aller en bas 
AuteurMessage
Lastaria Lixe
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: legerement perdu   Mar 3 Oct - 19:07

Lastaria arriva dans le grand salon avec son violon, son seul bagage dans la main. Le pauvre jeune homme était completement perdu, il ne savait pas où il devait aller ni qui il allait rencontrer et ces interrogation lui trotait dans la tête. Lastaria regarda autour de lui, il se trouvait dans un petit coin de l'immense salle joliement decorée et illuminée de façon a rendre la piece plus acceuillante que jamais. De sa courte vie il n'avait jamais vu quelque chose d'aussi beau... Enfin ça ne resolvait pas son probleme que devait il faire? Personne a l'horrizon ressemblant de pres ou de loin a un serviteur ou a un compagnon, Lastaria pensa qu'il avait vraiment la poisse. Le jeune homme replaça ses cheveux en arriere d'un geste de la main en attendant avec une certaine impatience qu'on le reseigne l'idée de pouvoir prendre un vrai bain et de pouvoir changer de vetements ne lui deplaisait pas particulierement, même si une fois propre et changé il devrait commencer a travailler et pas comme serviteur... Ce n'était pas vraiment la chose qu'il aimait le plus mais au moins grace a cela il avat pu trouver le poste dans le chateau et il pouvait a present penser un peu plus a l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Invité



MessageSujet: Re: legerement perdu   Dim 8 Oct - 19:41

>>> Hall d'entrée >>>

Il était donc arrivé précipitement dans ce magnifique hotel. Il n'avait pas attendu de recevoir la bienvenue du maitre d'hotel, ou du gérant lui même, il voulait vraiment pouvoir parler à un compagnon au plus vite, et laisser son petit jeu mesquin prendre le dessus sur son noble esprit. Nicolas de Sade, Marqui du même nom, pénétra dans la pièce où un magnifique jeune homme était là, sur le canapé, en train d'attendre que son destin s'accomplisse, plus précisément qu'il trouve un client pour faire son métier. Il lui fit un petit sourrire charmeur, sans nul doute une de ces machinations pour paraitre doux et avenant. Nicolas arriva donc près de lui, sans s'assoir comme un bourrin sur le canapé. Il s'assit donc, et tourna la tête vers le jeune homme qui devait se sentir quelque peu mal à l'aise même avec un si bel âtre que Sade. Il se mit alors à parler convenablement, avec des manières à la Cour, car il devait choper l'oiseau sans lui tordre le cou, donc le...vi.o *er. Il s'exprimait d'une voix claire et précise, sans bafouiller, avec le maintien et tout le respect entre personnes civilisées. Il avait l'intimité assez excité, tout comme le reste de son corps, à l'idée de pouvoir toucher un innocent....Il regardait alors un jeune homme, qui s'était mis les cheveux en arrière. Sade avait les mains tremblotantes, mais son esprit était déterminé.

"Bonsoir jeune homme. Je me nomme Nicolas de Sade, et vous, comment vous appelez vous ?

*Je vais faire la méthode douce, pas la peine de le ***ler comme l'autre fois.*

"Je suis heureux de vous connaitre...."

Il s'asseya alors plus près de lui, sans lui faire peur, ni avec des mouvements bruts, juste de l'autre coté du canapé. Sade le regardait toujours sensuellement, sans trop avoir de perversité sur son visage angélique malgré la bête dans son esprit. Sade parlait tout à fait normalement, une voix mielleuse avec une envie de l'appater pour pouvoir ne pas avoir à entendre ses supplications lors de l'acte qu'il espérait tant. Il passa alors en revue la pièce, méditant sur la richesse des lieux, avec une atmosphère de plaisir et de bien être. Sade tourna sa tête vers le jeune homme, sans méchanceté, sans arrières pensées visibles, bien sure bien cachés à travers ses yeux bleus océaniques. Il le vouvoyait, tout simplement parce qu'à la Cour, on était poli, il le sera moins plus tard ^^


"Parlez moi de vous mon amis...."
Revenir en haut Aller en bas
Lastaria Lixe
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: legerement perdu   Dim 8 Oct - 21:00

Lastaria se tendit legerement en voyabt un client entrer dans le salon, il esseya de ne pas le regarder, le compagnon esperait avoir un petit peu de repos. Mais quand le jeune blond vint s'assoir près de lui Lastaria comprit qu'il ne voulait pas juste discutait, le regard du jeune homme se posa sur l'entre jambes de Nicolas, une bosse était visible signe de l'extreme exitation du client. Le Marqui avait un sourire charmeur et ses manieres douces trahissaient une forte envie de sexe, le compagnon remarqua les tremblements des mains de Nicolas si ce dernier ne lui sautait pas dessus il ne s'appelait plus Lastaria. Ce qui etonna le jeune homme se fut que le Marqui le vouvoya, on ne l'avait jamais vouvoyé et il ne comprenait pas trop où son client voulait en venir.

"je me nomme Lastaria mon seigneur tout l'honneur est pour moi"

Le compagnon baissa legerement la tête en signe de soumission, il frissonnat ayant un peu froid et n'étant pas très couvert. Le jeune homme n'avait pas vraiment envie de parler de sa vie et aurait preferé que le Marqui lui parle de la sienne, après tout Lastaria n'avait pas eut une vie très passionante alors ça ne sevait a rien de la raconter

"mon seigneur l'air est bien froid je crainds pour votre santé si nous allions dans une salle plus chaude?"

En ne repondant pas a la question de son client Lastaria n'avait pas la moindre envie de le defier, il voulait juste partir de cette piece froide et ne pas tomber malade dès son arrivée dans le chateau. Le jeune homme tremblait de froid, il n'avait pas peur pour avoir deja vendut son corps pour de l'argent mais ses mains commençait deja a prendre une petite tinte violine temoignant de son froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Invité



MessageSujet: Re: legerement perdu   Mar 10 Oct - 11:26

La jeune homme n'avait pas répondu à la question de Sade, ce qui le déceva beaucoup, car il espérait réellement pouvoir discuter, chercher à le comprendre pour l'évincer peut être plus, connaitre ses peurs pour s'en reservir, ou bien l'ennuyer. Il était dans sa nature sadique de toujours chercher à connaitre ses "victimes", tout en voulant chercher à les comprendre pour bien les éssorer par la suite. Il fit une petite moue, tourna sa tête vers la droite, donc vers l'autre coté de la pièce pour regarder un peu ce qu'il s'y passe. Mais il se doutait bien que son nouveau compagnon, sa propriété pour longtemps, voulait monter dans la chambre pour faire son métier. J'ai dis pour longtemps, car Nicolas n'était pas avare à donner de l'argent au maitre d'hotel pour payer les bons services de ces "employés". Il donnait parfois des fortunes, et presque la personne lui appartenait, un esclave presque. Sa future victime, ou son jouet on dira, avait froid. Voulait t'il monter réellement pour assouvir les envies destructrices de son client, ou voulait il juste monter pour avoir plus chaud ? Sans doute la première solution était la meilleur, mais la seconde n'était pas irrecevable sur ce point précis. Mais Sade avait une autre manière de l'aider, car il avait sur lui un menteau chaud...lui même n'était pas aussi frileux que le jeune homme. (comment est il habillé s'il te plait ?). Sade le défit, et alla près du jeune homme, tel un doux curateur à une personne malade, il voulait bien le corrompre d'esprit avant de passer au corps.

"Mon amis, vous répondez à une question par un autre, pourquoi serais je obligé de répondre ? Vous êtes fort beau, et ma pitié est grande en voyant vos mains si froides, je veux vous aider, tenez mon manteau pour vous, vous avez l'air frigorifié, et acceptez ce gage de ma gratitude pour votre accueil. Ce n'est pas tous les jours que j'ai à faire à des gens si beau et si doux en paroles, même si vous en êtes avare."

*Pas encore, il doit d'abord commencer à adorer la couleur de l'argent, avant celle du sang (il mourra pas tkt !! rooo)*

"Voila...vous êtes une personne auquel je ne peux détourner mon regard, et ne croyez pas que c'est de l'hypocrisie de noble. Ne me manquez pas de respect, et je vous en manquerai pas"

*Cela dépend comment on voit les choses mmh mhh...*


Il était donc devenu encore plus doux et avenant avec son compagnon, il lui donna sa veste pour qu'il se la mette sur le corps, et Sade sa rassit toujours un peu plus à coté de lui, pour enfin prendre ses mains pour les réchauffer. Sade était aussi chauf que son intimité pouvait l'être maintenant, et il avait un doux parfum de douceur dans sa voix, dans ses yeux, cachant bien son petit jeu. On n'y voyait réellement que du feu avec lui, et c'était difficile de le comprendre, à moins d'avoir de l'instinct, du flair, de la perspicacité. Sade avait une chevelure d'or, il était réellement magnifique, et l'age était indéfinissable, surtout qu'il n'était pas vieux. Il fut un splendide jeune homme, beau, un corps divin, mais tout ceci était gaché par ses manières au lit qui était aussi atroces comme je le dirai plus tard (je me mesurerai dans mes postes ^^ euh je parle que je ne dirais pas tout le détails de manières explicites). Il lacha les mains de Lastaria, pour enfin mettre une main sur son visage, si froid. Il ne voulait pas passer par la case chambre pour le moment, Sade était même heureux de satisfaire le jeune homme, mais aussi content de le voir frigorifié...Lui n'avait pas froid, sa fierté et son esprit fort de tête l'aidait à ne pas avoir des tremblements, du moins il n'en avait plus maintenant. Il enleva sa main de la joue du jeune homme, et s'assit de manière plus décontracté à coté de Lastaria. Il reprit d'une voix suave :

"Lastaria vous dites, mais tout le plaisir est pour moi, et l'honneur qui va avec. Vous n'en avez pas d'honneur, ce qui est fort regrettable...mais votre beauté vous en excuse du moins. Je ferai poème sur vous, vous me troublez à un point que je ne saurais dire. Je suis écrivain....j'ai eut des problèmes avec le pouvoir Royal, mais aujourd'hui j'aspire à la tranquilité. Parlons de vous un petit peu, j'aime savoir à qui je m'adresse, surtout savoir tout de lui, pour le chérir encore plus quand nous sommes dans la fusion de nos corps"

C'était encore un de ses petits jeux pour bien l'appater. Que le jeune homme le soit ou pas, il pouvait être sure que ce soir, ou dans un petit moment, ils allaient être au lit ensemble. La sagesse proposerait de parler encore avec ce Sadique, ou bien l'envie et la luxure diraient d'y aller tout de suite. Quand Nicolas disait qu'il voulait parler de Lastaria, il glissa une main sous le manteau, que le jeune homme s'était mis sur lui pour atténuer son froid. Il toucha sa jambe, et la serra un petit peu pour enfin aller vers le point sensible des hommes. Il caressa ceci avec une délicatesse inouie, mais retira la main quand il avait finis de parler, mettant ainsi une sorte de condition. Si le jeune homme ne parlait pas de lui, il n'aurait pas le monstrueux salaire pour les compagnons jadis de Nicolas...
Revenir en haut Aller en bas
Lastaria Lixe
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: legerement perdu   Mer 11 Oct - 17:52

Le compagnon ne put s'empecher de rougir en enttendant la reponse de son client, il n'avait en effet pas repondut a la question du jeune blond, il n'avait pas vraiment envie de parler de sa vie, elle n'était pas très interessante et pas vraiment joyeuse non plus. Le jeune homme avait pu voir la pointe de deception dans les yeux de son client avant d'y voir une autre lueur qu'il ne parvenait pas a comprendre. Si Nicola pensait en cet instant que Lastaria voulait changer de salle pour autre chose que la temperature il se trompait bien, le compagnon n'était couvert que d'une simple chemise tourée et d'un pantalon trop petit pour le jeune homme. La fraicheur de la saison percait a travers le tissus de mauvaise qualité et glaçait la pauvre peau pâle du jeune Lastaria. Le jeune homme sortit de son état legerement comatux du au froid en enttendant la voix de son jeune client, il le regarda de son air calme, doux et enfantin le rendant completement irresistible. Les paroles de Nicolas toucherent le jeune compagnon bien qu'il savait très bien que ce n'était qu'un jeu pour avoir ses faveurs, il l'ecouta attentivement avant de lui repondre d'une voix toujours aussi douce et respectueuse.

"Merci mon seigneur mais vous n'y êtes pas forcé et puis vous auriez froid après..."

*avare? je ne suis pas avare je n'ai juste pas d'argent pour m'acheter autre chose que des vetements fais de tissus de mauvaise qualité... sale riche va, sait pas ce que c'est de vivre dans la rue et de prendre un bain une fois par mois.*

Puis le jeune bourgeois repris la parole pour reciter une foule de compliments au jeune compagnon, Lastatia ne manquait jamais de respect envers quelqu'un qui lui en donnait aussi. De plus Nicolas allait être le gagne pain de Lastaria pendant un petit moment ci ce dernier arrivait a le contentait, alors autant faire tout ce qu'il fallait pour satisfaire au mieux sa seigneurerie. Le compagnon ne trouva rien a repondre sachant que ses joues deja bien rouges pouvaient excuser son manque d'eloquance. Il allait encore remercier Nicolas quand il sentit une douce chaleur sur son corps, il leva la tête vers son clien et regarda la vestesur ses épaules. La politesse lui commandait de rendre cette veste propre avant que les vetements que portait Lastaria ne la salissent, mais au lieux de cela il souria a Nicolas en garda la veste se permettant même de se blottir a l'interrieur. Puis le jeune riche vint s'assoire contre le compagnon, ce dernier le laissa faire en regardant les mains de son client, il n'avait pas l'air de vouloir lui sauter dessus tant que le jeune compagnon ne lui aurait pas parlé un peu de lui.

Le jeune homme repris la parole et raconta un peu sa vie en disant qu'il allait faire un poème sur Lastaria, ce dernier en sourit beaucoup de poète avait couché avec lui et beaucoup avait dit cela. Sa beauté enfantine et douce faisait craquer nombre d'homme, et tous les poètes ainsi que les musiciens les plus fortuné avait promi une chanson ou un poème que le jeune compagnon n'avait jamais vu. Lastaria ecouta a nouveau le jeune homme et s'appretta a repondre quand il sentit la main de Nicolas sur sa jambe, puis sur son intimité, le compagnon poussa un faible gemissement a peine auditible avant de prendre une mine frustrée en voyant cette main si douce partir de son entre jambes.


"et bien je... je suis orphelin ma mere adoptive est morte et je n'ai plus rien depuis"

Voila tout ce qu'il y avait a raconter sur sa vie, sa mère était morte, son père et sa soeur aussi et Eglantine était morte ensuite donc il ne lui restait plus rien. Le jeune compagnon attendit a present la reaction de son client en baissant la tête et en se blotissant encore un peu dans la grande veste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Invité



MessageSujet: Re: legerement perdu   Mer 11 Oct - 19:37

Certes, Nicolas était un très beau parleur, et j'imagine bien que le compagnon n'allait pas se mettre dans la tête que Nicolas allait être toujours aussi bon dans ses actes et ses pensées. Ses yeux avaient une lueur différente de tout à l'heure, si contraire à ses actes pourtant. Il avait une idée derrière la tête, et tout simplement parce qu'il avait envie de se faire plaisir, et indirectement le faire avec le jeune homme. C'était totalement grothesque de sa part, car tout simplement il aurait pu le faire dans un lit douillet, et une chambre chauffée, mais il voulait l'enquiquiner, le faire plus souffrir dans malheur. Il avait raison ce Sade, le jeune homme n'était pas tellement féru de grands discours, et il avait aussi ses raisons qui sont parfaitement compréhensible. Le pauvre compagnon allait être avec un client si immonde, non pas dans son apparence, mais dans ses pensées, car il pourrait sembler qu'il soit doux, avenant, aguicheur, aimant, mais en réalité, c'était un Sadique, qui ne révait que de voir les supplications de ce jeune homme, lui donnant une dose de plaisir extrême. Sa vie passée, en prison pendant quelques années, étaient à cause de certaines affaires condamnées juste comme graves par le Roy, et il avait bien passé son temps à écrire et s'occuper de son geolier pour passer le temps. Aujourd'hui, il avait pu trouver une autre victime, enfin sa future propriété. Il caressait toujours dans l'entre jambe le garçon sexy, et sans pouvoir y compter, il enleva un petit peu le pantalon du garçon, pour saisir son membre, commençant à le masturber délicatement. Il s'était bel et bien mis dans sa veste, et il n'en avait cure. En réalité, cette veste était une beau prétexte, d'une part pour cacher la masturbation, et aussi quand le jeune homme la salira, donner ce prétexte de réparation. Oui c'était totalement loufoque, mais il voulait que Lastaria soit sien, sa chose...quelle fatalité. Il continuait son mouvement, et décida de continuer à parler avec le garçon, comme si de rien n'était. Il lui fit signe de ne pas gémir, ne pas parler, ce qui était totalement difficile dans ce cas la...vu qu'il avait tout de même une poigne délicate et parfaite concernant ce mouvement. Sade continua donc et disait :

"MMhh...Vous m'envoyez chagriné d'apprendre votre tragique histoire, je ne continuerai pas sur ce sujet. Que dites vous si je vous disais que, je vous donnerai une fortune....je vous donne cette veste....vous ne devez pas avoir froid" dit il comme si de rien n'était. Il se rapprocha de lui, vers son oreille, et fit une remarque affreuse...

"Et si tu m'appartenais ? Je paye chère...tu ne gémis pas, ou je te tue...tu cries, je t'arrache la langue...j'ai donné l'argent à Monseigneur de Guerray, et je peux faire ce que je veux de toi...alors tu obéis...."

Il fut réellement menaçant, aussi bien dans sa voix que dans son geste, serrant fortement le membre du compagnon, non pas non plus à le faire crier à réveiller la maison. Sade avait mis une main dans son cou, et l'autre continuait sa mission sous la veste. Ses mains étaient chaude comme le brasier, étant bien chauffé, et l'autre jeune homme était froid comme un glaçon, au premier sens du therme biensure. Il vit dans ses yeux comme une frayeur tout à fait normale, car Sade avait mis toute la beauté dans sa voix, toute la dangerosité de ses menaces dans cette phrase si douce, mais terrible pour Lastaria. Nicolas ne savait trop quoi dire maintenant, mais il voulait voir maintenant le garçon en train de se faire faire plaisir par lui, ne pouvant gémir, sauf entendre le son d'un souffle de plaisir, et sa frayeur dans les yeux. Il ne parassait pas comme ceci, mais Sade n'avait pas le style à tuer, surtout qu'il perdrait un trop bel élément, puis bon, il risquerait quoi ? Une réparation à Julien de Guerray, et au pire ? Comparution au tribunal, pff pour un pauvre orphelin, qui allait plaidoyer pour lui si il était mort ? Sade était donc le maitre de la situation, et le pauvre jeune homme était totalement soumis. La main dans son cou passa sur la gorge du garçon. Il ne serrait pas, mais il signifiait la valeur de sa parole symboliquement en plaçant cette main dans cette gorge douce et froide. Il reparla, et cette fois il le tutoyait...

"Lastaria, dis moi, si on te faisait une petite toilette...bien sure, je m'y employerai...Tu vas avoir des vêtements, enfin un ensemble pour "travailler"....Tu ne bouges pas !"

Evidement, quel fou resterait à ses cotés, ou même n'essayerait pas de bouger pour essayer de ne pas subir ça. Sade enleva donc la main de son cou, pour la passer sur son épaule gauche, étant à la droite de Lastaria sur le fauteuil. La main gauche de Sade tenait son bras gauche, et la main droite, l'intimité de Lastaria, continuant son oeuvre. Sous la veste, rien n'était visibile aux yeux des autres si quelqu'un passait par la, et le pantalon était ouvert juste en haut. Sade continuait, et le garçon ne devait pas gémir de plaisir à haute voix...il voulait...le voir presque pleurer, mais ceci sera pour plus tard. Sade était doté d'une vitalité et d'une force trop immense pour le jeune homme, tout frileux, tout faible par apport à cette situation...Il lui murmura encore une fois à l'oreille...

"Tu veux un poème ?

Le jeune homme mystérieux et effronté
Faisait quelques reveries dans la chambrée
Il ne se souciait pas de son arrivée,
Lastaria, Lastaria, beau et fière tu es
Je ne veux pas faire de sottises
Alors que tu m'y contraints par gourmandise
Je ne souhaite que ton bonheur
Lastaria, soit avec moi dans le malheur"

....aah mmh..."
Revenir en haut Aller en bas
Lastaria Lixe
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: legerement perdu   Jeu 12 Oct - 10:15

[Desoler si mes postes sont moins longs que les tiens]

En effet Nicolas était un beau parleur, mais il en fallait plus pour duper le compagnon, il avait peut être l'air d'un enfant il n'était pas naïf et heureusement pour lui vu son métier. Le riche était hypocrite dans ses yeux, s’ils avaient l'air de montrer un homme doux et sensible, ils cachaient aussi un sadique pervers. Lastaria était cependant assez détendus, il n'avait pas vraiment peur de Nicolas bien qu'une certaine crainte persistait, mais il n'avait aucune preuve pour le moment, de sa méchanceté. Le compagnon sentit soudain la main de Nicola défaire son pantalon, il ouvrit de grands yeux en voyant les gens autours d'eux, il pourrait au moins faire cela dans une autre pièce, mais non le riche voulait faire cela ici. Au moins le manteau cachait un peu leur actions, la main du jeune blond donna rapidement envie a Lastaria de gémir, il prenait plus plaisir un peu malgré lui mais il en prenait. Le pire était que le client continuait a parler comme si de rien était, mais si le compagnon ouvrait la bouche pour répondre il pousserait un gémissement de plaisir et tout le monde le regarderait.

Puis lentement Nicolas vint murmurer une menace a l'oreille de Lastaria, le jeune homme paniqua légèrement mais la main experte de son client lui fit rapidement perdre sa peur. Il sentait que le jeune homme qu'il avait devant lui ne le tuerait pas, il ne savait pas pourquoi mais il le ressentait. Quand Nicolas serra le membre du pauvre innocent dans sa main cela augmenta légèrement son plaisir, il avait envie de gémir mais il ne le ferait pas. Déjà par ce qu'il craignait la punition mais aussi par fierté, il pouvait tenir il en était sur et certain. Le compagnon sentit ensuite la main du jeune homme dans son cou, une main chaude et presque rassurante lui caressa sa peau fraîche et douce. Le jeune bourgeois parla encore mais cette fois il tutoya son compagnon, il voulait lui faire une toilette, Lastaria ne sentait pas très bon mais il n’avait pas l’air sale ce qui était déjà une bonne chose. Le jeune homme n’était pas contre et s’il pouvait avoir de nouveau vêtements par la même occasion pourquoi refuser, même s’il devait laisser faire son client, il n’en mourrait pas de se faire laver. Puis il lui ordonna de ne pas bouger, Lastaria n’avait pas besoin que Nicolas lui demande, il ne pouvait plus vraiment bouger pour ne pas avoir a ouvrir la bouche et sortir un gémissent assez fort témoignant de son plaisir.

Nicolas revint murmurer quelque chose a l’oreille de Lastaria… Un poème lui semblait il, les mots se perdait dans sa tête, le jeune homme se concentra du mieux qu’il pouvait pour ecouter les paroles du bourgeois. Il avait raison il lui sortait bien un poème, il n’était pas forcement très beau a entendre mais pour le compagnon c’était l’intention qui comptait. Le compagnon en avait marre de subir seul le plaisir, il glissa sa main sur la cuisse de son client et la remonta très doucement dans une délicate caresse vers l’intimité de Nicolas. Son membre déjà bien durcit de désire était à présent dans la main de Lastaria qui l’avait glissé dans le pantalon de son client. Il caressa cette partit si intime de son anatomie avec la plus grande douceur possible, en effet le jeune homme n’était que douceur et délicatesse, la violence lui était inconnue, jamais il n’avait frappé ou blessé quelqu’un malgré qu’on l’a souvent blessé. Le compagnon était beaucoup plus maigre que son client fit en sorte que le grand manteau cache aussi sa main sans pour autant découvrir son petit corps a vide de chaleur. Il se plaça non loins du visage de son futur amant et lui chuchotât


« hum… c’est très Hummm beau… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Invité



MessageSujet: Re: legerement perdu   Ven 13 Oct - 9:41

[la longueur des postes n'est pas importante, j'aime quand ils sont longs, mais si même les tiens sont soit disant plus courts, je te jure qu'ils sont réellement superbes, car ils ont des idées !]

Sans aucuns doute, Sade ne s'attendait pas à ce que le compagnong puisse obéir et tenir, il fut agréablement surpris, ce qui le poussa à lui faire le mouvement de va et viens encore plus fort, plus rapidement pour qu'il jouisse encore plus vite. Sade avait concocté encore d'autres plans pour faire subir à ce jeune homme non pas des tortures au premier sens du therme, mais des tortures morales surtout. Il savait au plus profond de lui, qu'il ne serait pas arrivé à contenir ses pulsions dans une chambre, ce qui aurait été désastreux pour Lastaria, ce pauvre garçon qui n'avait réelleement rien demandé. Il sentit cette main froide, innocente venir se mettre sur son pantalon, sur la bosse qu'il y avait deja. Oui Sade essayait de le cacher, mais il avait des désirs immenses pour le jeune homme, de TRES profonds désirs. Sade ne put s'empecher d'esquisser un souffle de plaisir, léger. Il se mordait un peu la, lèvre, voyez à quel point il pouvait avoir faim. Dans un moment d'égarement, il souleva la veste, regardant mieux le garçon, magnifique. Il refit ce geste, en rentrant légèrement sa lèvre sous ses dents, à quel point ce compagnong pouvait être bien batit, dans le sens où même si il paraissait maigre, Lastaria était un beau jeune homme. Il replaça la veste, car des gens commençaient à rentrer, et d'ailleurs l'un d'eux avait compris ce que Sade faisait à Lastaria, et vice versa. Il tourna la tête et regarda l'autre client, en dégageant un sourire froid. Il serra fort dans sa main le membre de Lastaria, l'empêchant de jouir pour le moment. C'était bon pour un homme, mais douloureux à la fois, le garçon avait mal, mais ressentait en même temps le plaisir de ce geste si affreux. Sade salua le client, et il enleva le menteau. Quel immonde il était. Il retira donc la veste d'un seul coup, mettant ainsi son aimé, dans le froid et dans la honte la plus totale, avec son sexe dehors, sa main dessus. Il prit soin d'enlever la main de Lastaria, ce qu'il nota dans sa tête pour les bons actes qu'il avait commis. Il se mit à rire avec le client, tellement la situation pouvait être amusante, et honteuse pour le jeune homme, même si il fallait parfois s'attendre à de la nudité masculine, mais de là à lui faire plaisir dans le salon, c'était un peu grothesque, en revanche qu'est ce que c'était bon. Après quelques conversations hypocrites avec le client, Sade se retourna vers Lastaria, se penchant sur lui, toujours la main dessus. Il avait une voix réellement bizarre.

"mmh mon petit jouet, tu as été gentils cette fois...tu n'as pas bronché, et tu n'as pas crié, je te ferais une faveur ce soir. Raa et cette pauvre chemise, tu ne peux pas la garder..."

[i][color=Gold]Il ne fut pas réellement précis dans sa parole, mais Lastaria, normalement, n'avait pas pu dire quelque chose, ou bien juste montrer ses respects à l'autre client. Il pouvait sentir, toujours cette main chaude sur son membre, le tenaillant entre plaisir et douleur. Il le martyrisait, car il le tenait fortement, empecher le liquide séminal de sortir, puis peu de temps après il faisait quelque mouvement de va et viens, pour refaire monter la mayonnaise. Et à ce moment, il empechait toujours Lastaria de jouir. Puis tout à coup, sans peut être s'y attendre, Sade allait rapidement en besogne, et se baissa rapidement pour mettre sa bouche comme un étau sur l'intimité du jeune homme. Il avait une gorge large, et il avala tout ceci rapidement, tout le membre. Et le jeune homme se lachait enfin, larquant le léquide dans la bouche de son client, noyé d'un plaisir immense grace à la salive. Sade avala tout, mais il en gardait dans sa bouche, comme pour savourer le festin. Il attrapa les lèvres de Lastaria, mélangeant salive et liquide. Pendant qu'il l'embrassait comme un dieu le garçon de force, il lui remit son pantalon. Quand les bouches avaient pu échanger quelques tendressses, il regardait le torse du jeune homme, c'était son petit point faible des hommes, c'est là qu'il aimait regarder, et Lastaria faisait parti de cette trampe. Il attrapa sa chemise, le mouvement parassait dire qu'il voulait l'enlever, mais en réalité, il la déchira ! Bonne à servir de chiffon, il la tira, mettant torse nu le pauvre garçon. Il grelottait pour sure. Sade le prit dans ses bras, lui donnant la chaleur de son corps, le monstre pervers semblait doux maintenant...pour le moment. Il se leva avec son amour dans les bras, il passa sa main droite autour de la taille du garçon, sa main gauche s'occupait à frotter doucement sur son bras droit pour lui donner quelques chaleurs. Sade était donc à gauche de son Compagnon, sa main droite le tenait fermement, pour ne pas qu'il puisse s'échaper (on ne sait jamais XD), et il griffait la peau froide et douce de son aimé, tandis que la main gauche le réchauffait. Ils montèrent aux escaliers pour aller dans sa chambre....

>>> Chambre de Sade >>>


Dernière édition par le Lun 16 Oct - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lastaria Lixe
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: legerement perdu   Sam 14 Oct - 17:27

Le moment degarement de Sade fut une terrible panique pour Lastaria qui voyait son corps devoilé a tous, étant compagnon il n'avait pas a être pudique, mais une certaine gêne s'installa en Lastaria. Quand le client inconnut passa, les joues du jeune compagnon rougirent telle une braise brulante. De plus ce sadique et pervers de Nicolas retira d'un coup sec la veste devoilant toute l'anatomie du jeune innocent, le garçon en fut réellement blessé, il sentit les larmes lui bruler les yeux. Jamais un client ne l'avait traité de cette maniere, par reflexe il lacha le membre de son amant et les posa sur le sien pour cacher un tant soit peu son intimité. Pour Lastaria le pire arriva quand Nicolas se mit a rire, il detourna la tête avant de le regarder s'approcher. Le compagnon voulut le repousser mais la force de cet homme en bonne santé prit le dessus, puis les rires cesserent pour laisser place a des paroles plus qu'étrange. Lastaria craignait deja la faveur que voulait lui accorder cet espece de fou assoifé de sang et de sexe.

Sentir encore cette main si chaude contre son intimité ne pouvait pas faire debander le pauvre compagnon qui ne pouvait que se laissait faire ou mourire. Pas que Lastaria craignait la mort, il l'avait cotoillé plusieurs fois dans sa courte vie mais sa veritable peur était de savoir quelle genre de mort pouvait s'abattre venant d'un fou comme Nicolas. Quand son client se baissa pour prendre son membre en bouche Lastaria de plus en plus honteux rentra sa tête dans sa chemise pour ne pas voir le visage ravis des autres clients pouvant a present se moquer de lui. Cependant le plaisir était trop grand et il ne put s'empecher de jouïr dans la bouche de son futur amant, le jeune compagnon sortit sa tête de sa chemise juste quand son client l'embrassa mellant le reste de sperme a sa salive.

Quand Nicolas dechira la chemise de son compagnon le jeune homme se mit a grelottait, le froid lui glacé même les os, il fut soulager de sentir la chaleur corporel de son client contre lui. Il le suivis en baissant la tête encore bien honteux, la main sur sa taille le serrait mais lui apportait encore un peu de chalauer. Soudain Nicolas le griffat, le jeune compagnon grimassa, cette blessure sur sa peau froide lui faisait mal. Le jeune homme monta les escaliers jusqu'a la chambre de son client



[la chambre du pervers sadique Nicolas de Sade]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: legerement perdu   

Revenir en haut Aller en bas
 
legerement perdu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquête : petit chat perdu.
» [Recherche] Help collection perdu pendant une innondation grrrr!!
» Mot de passe Myspace perdu!
» A la recherche du temps perdu. Adaptation.
» Mylène aurait-elle perdu l'inspiration ou bien... ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hôtel de Guerray :: L'intèrieur de l'hôtel. :: Salon-
Sauter vers: