Hôtel de Guerray

Venez découvrir les joies du XVIII ème siècles.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 30 Juil - 22:53

Premier post

Ce soir-là, un rai de lumière avait ébloui l’adolescent recroquevillé dans un coin du mur. Grinçante, la porte s’ouvrait sur un garde qui attrapa l’extrémité de la chaîne cernant les fins poignets et la tira fermement afin de forcer le corps engourdi à se mettre debout.

- Les vacances t’ont plu, mon chou ? ricana l’homme en scrutant les joues légèrement creusées et le teint blafard du jeune prisonnier.

Deux braises palpitantes se levèrent sur lui. Le garde déglutit.

- Baisse les yeux...

Mais ceux-ci ne cillèrent pas.

- C’est ça, fais-le fier... Tu vas vite déchanter...

Lié par le métal, Armand fut arraché à sa cellule et conduit sans ménagement dans le couloir. Sa tête lui tournait. Voilà des jours qu’il avait refusé de manger, par défi envers cette bouillie infâme qu’on osait lui servir. Sa noble bouche n’avalerait pas cela ! S’ils comptaient le maintenir en vie, ils allaient devoir le traiter avec les égards qui lui étaient dûs !

Depuis son arrivée, sa minceur s’était accrûe. Lui qui aimait tant pratiquer l’escrime dans la cour du château et se promener à cheval das les environs, à présent il évoluait dans un univers horriblement confiné.

Père a sûrement vendu Ebène... Pauvre bête ! Quel maître le traitera si bien que moi..?

De toute façon, dans sa jeune vie, il n’avait assisté qu’à la disparition de choses. Meuble après meuble, tableau après tableau... Il aurait dû se rendre compte plus tôt que l’avarice traître de ses parents les amènerait à vendre leurs propres enfants. Et surtout lui, le petit dernier à la beauté si flamboyante... Cette beauté-là, qui avait attiré les faveurs de son entourage durant l’enfance, lui paraissait maintenant devenir un fardeau.

Armand tentait de marcher droit et d’afficher une expression digne, mais en réalité il avait les membres encore endoloris, témoins de sa première nuit à l’Hôtel de Guerray. Et, entre ses fesses, un malaise persistant.

Les immondes... Les ignobles...

Les souvenirs continuaient de le hanter, par brefs et glauques flashs.
Des bras musclés qui empoignent sa taille.
Deux membres enfoncés dans sa bouche hurlante.
Des gouttes de sueur qui tombent sur les draps.
Des taches de sang perlant sur sa peau blanche.

Je leur ferais payer...

Le garde s’arrêta pour le pousser dans une salle éclairée de torches suspendues au mur par des chaînes. Une atmosphère des plus lugubres... Aux alentours, des objets divers et curieux s’entassaient, souvent en métal, ce qui fit, malgré lui, frissonner le jeune homme.

- Tants de jouets ! Quelle puérilité de la part des gens d’ici...

Le ton se faisait narquois, mais l’esprit d’Armand prenait peur. Qu’allait-on encore lui faire subir ?!

- Attends en silence, mon chou, ta fessée arrive... répliqua le garde en l’évaluant d’un regard luisant d’envie.

Armand lui envoya une grimace méprisante et poussa un soupir. Mais qu’avait-il fait au Ciel pour se retrouver dans un endroit si tordu ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 30 Juil - 23:26

Laurent était de retour à l’Hôtel. Voilà un moment qu’il avait quitté les lieux pour vaquer à ses occupations et faire prospérer son nom auprès de la cour du Roy. Et, comme tout allait bien dans ses affaires, il avait décidé de s’offrir un peu de bon temps dans un des lieux de débauche les plus connus de tout Paris. Alors le jeune noble avait prit quelques affaires que ses domestiques emportèrent à l’Hôtel tandis que lui montait son magnifique cheval pour le faire galoper jusqu’aux portes de Paris.

Il gagna les écuries pour y faire se reposer son cheval et se rendit dans la chambre qu’il réservait à l’année dans l’Hôtel, un endroit qui avait déjà vu nombre de compagnons et qui en verrait sans doute encore plus. Laurent prit le temps de s’installer, de se refaire une bonne toilette avant de prendre une collation et de demander à voir quelques nouveautés. Mais les nouvelles beautés de De Guerray lui semblaient bien fades et sans aucun intérêt. Il avait envie de quelque chose d’autre, d’un eu plus amusant mais moins facile que celui de faire ouvrir les cuisses à une pauvre loque… Non vraiment, il voulait plus !

C’est à ce moment là que son ami, Julien, lui apprit l’acquisition d’un jeune homme de haute lignée qui avait besoin qu’on l’éduque. Laurent sourit en coin et proposa même de s’en occuper personnellement… Son ami sourit et accepta finalement de le laisser s’en occuper ! Laurent ne pouvait pas se sentir mieux que ça et fit transférer le gamin dans l’une des nombreuses salles de dressage de l’Hôtel, s’y rendant souplement à son tour.


Laurent attendit un instant après l’intrusion du gamin dans la salle et entra tranquillement, majestueusement et surtout, froidement dans la salle. Il scruta le gamin de haut en bas et un sourire appréciateur apparut sur son visage alors qu’il posait sa main sur sa hanche, s’approchant un peu plus de ce jeune noble dont la déchéance commençait déjà à exciter Laurent.

« Et bien… et bien… Et bien… Qu’avons-nous là… Un pauvre petit oisillon tombé du nid… »

Laurent sourit un peu plus alors qu’il attrapait sans aucune douceur le visage émacié d’Armand, serrant ses doigts autour du menton et plongeant son regard glacial dans le sien.

« Je suis ton nouveau maître. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Jeu 31 Juil - 1:37

Alors qu’Armand balayait les alentours d’un regard effaré, les portes s’ouvrirent sur un grand homme d’apparence froide, allure comme aura. Les riches tissus qui l’habillaient témoignaient de sa noble origine. Son attitude même, naturellement hautaine, semblait familière au jeune homme.
Oui, tous deux étaient de la même classe sociale. Sauf que l’un portait des chaînes et l’autre non. Cette différence alerta déjà Armand, qui comprit l’impossibilité à essayer de négocier avec cet homme, fût-il issu du même rang.

Les propos du nouveau venu accentuèrent l’air offensé du garçon.

Un... “oisillon” ? Tss... Quelle ridicule appellation ! Non mais pour qui se prend-il, cet ignare ?!

Il tressaillit lorsque la main se referma avec fermeté sur son menton. Ses pupilles se dilatèrent légèrement, comme celles d’un chat énervé. Les prunelles rousses affrontèrent les prunelles claires. Feu contre glace. Les lèvres charnues d’Armand s’étirèrent en un mince sourire moqueur. D’un ton à la fois poli et défiant, il répliqua :

- Seriez-vous précocement attardé, monsieur, au point de confondre oiseau avec loup ? Prenez garde à votre main quelque peu aventureuse.

Il secoua brusquement la tête, se dégageant de l’étreinte.

- Apprenez que les loups n’ont pas de maître, monsieur.

Avec son mouvement, des mèches rougeoyantes avaient voltigé sur ses joues pâles, et se trouvaient maintenant désordonnées sur sa tête en accentuant son air rebelle et sauvage. Seules ses poignets prouvaient qu’iil était prisonnier de sa situation, car le reste de son corps étincelait d’énergie et de nonchalence. Une noblesse dont la jeunesse soutenait la déchéance du mieux qu’elle le pouvait.

- Je suis Armand Du Marigot, ne l’oubliez pas, monsieur ! ajouta-t-il d’un ton plus fort.

On lui avait appris que pour maintenir son honneur il fallait toujours rester conscient de ce que l’on était. Et Armand n’abandonnerait pas son nom sous prétexte que d’autres avaient décidé son exil. Un jour, il sortirait d’ici, il sauverait une magnifique jeune femme qui se révèlerait être une princesse, il se verrait offrir sa main, il reviendrait chez lui en triomphe pour jeter des pièces d’or à son père comme on jette un os à un chien, et puis...

À son âge, il était empli d’espoir et encore naïf, sûr de bâtir une vie à l’image des contes de son enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Jeu 31 Juil - 10:41

Laurent allait enfin pouvoir se dégourdir avec un compagnon à sa hauteur. Et quel compagnon ! Un petit noble qu’on venait de vendre à son ami Julien et qui ne demandait qu’à avoir un maître digne de ce nom, capable de lui faire voir ce qu’étais un homme, un vrai… Le jeune homme avait laissé le nouveau venu angoisser un peu dans la salle de dressage avant d’y entrer à son tour, droit, froid, majestueux, sûr de lui. De suite le physique de son prisonnier lui plut beaucoup et il ne s’empêcha pas de venir le titiller un peu, souriant encore plus franchement à son ton défiant.

« Un loup ? Moi je ne vois qu’un agneau apeuré qui montre les dents… »

Laurent aimait faire ce genre de remarques, il aimait beaucoup s’amuser de l’attitude de ses prochaines victimes et voir Armand lui donner son rang avec son prénom. Essayait-il donc de l’impressionner ?! D’autant plus que son nom ne disait strictement rien à Laurent qui se contenta d’arquer un vague sourcil.

« Je suis au regret de vous dire mon cher que je ne connais absolument pas votre famille… Et qu’ici, tu ne seras plus qu’Armand, simple compagnon… »

Cet homme était amusant quand même ! Du moins, il l’était pour le jeune noble qui resta planté devant le gamin un instant. Il n’y avait pas à dire, il avait déjà très envie de voir ce que caché ses vêtements et ce dont il était capable. Parce que s’il savait mordre et répondre, Laurent allait devoir aussi lui apprendre à être docile et à donner du plaisir aux clients… Du moins à lui pour le moment.

« Alors… Que t’a-t-on fait cette nuit… Est-ce que tu as eu mal ? »

Laurent se passa imperceptiblement la langue sur les lèvres alors que son regard s’enflammait un instant. Il aurait aimé être le seul à déflorer le jeune homme, mais il se ferait une joie de lui faire comprendre que c’était quand même lui son maître. Enfin pour le moment

« Déshabille toi ! »

C’était un ordre et cette fois, tout sourire ou marque chaleureusement disparue sur le visage de Laurent qui était devenu tel un mur de glace. Il n’y aurait plus de sentiments maintenant, le dressage commençait. D’accord, Laurent avait conscience des mains entravées du compagnon, mais il ne le relâcherait pas pour autant… Si Armand était quelqu’un de docile, il se déshabillerait même en plein mois de Décembre pour faire plaisir à son maître.

« Un compagnon doit toujours obéir à son maître. C’est la première règle que tu vas devoir apprendre mon oisillon… Et tu as intérêt à vite l’assimiler si tu ne veux pas que j’abîme ton magnifique corps… »

Loup ou oisillon, Armand se trouvait face à Laurent qui, dans cette salle, avait tous les pouvoirs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 0:19

Se voir comparer à un agneau agaça profondément Armand. Ne venait-il pas d’exposer son rang noble ? Ne devait-on pas le respecter ? Mais son interlocuteur se moquait ouvertement de lui, imitant ironiquement son vouvoiement et déclarant tout ignorer de la famille Du Marigot. Ces dires vexèrent le jeune noble qui, fidèle à sa nature expressive, fronça les sourcils et se mordilla nerveusement la lèvre inférieure.

La question fut lancée comme une flèche aiguisée, destabilisant Armand.
Cette nuit-là...
Ses prunelles tressaillirent un instant. Dans son esprit, les flashs réapparurent.
Une main appuyée sur sa tête.
Des doigts introduits entre ses fesses.
Une bouche retenant prisonnier son sexe.
Ses longs cheveux tirés violemment pour le traîner sur un lit.
Tous ces flashs lui revenaient complètement désordonnés, à l’image d’un puzzle éclaté.

Plus... jamais... ça...

Mal ?
Bien sûr qu’il avait eu mal. Il avait hurlé sa douleur jusqu’à faire trembler la porte de la chambre. On lui avait fait si profondément mal qu’il avait eu l’impression de se briser de l’intérieur. On l’avait humilié. On l’avait battu. On l’avait violé. Il éprouvait maintenant une honte persistante, visqueuse.

Prenant une grande inspiration, Armand rejeta en arrière sa crinière rousse et lâcha un petit rire méprisant.

- Tss, c’est surtout leur lâcheté qui m’a blessé. Mal ? Non, juste terriblement pitié d’eux.

Mal ?
Il avait eu mal à en pleurer.

Face à lui, l’autre jeune noble durçit son visage et laissa tomber un ordre. Un ordre qui désespéra intérieurement Armand, car il anéantit tous ses derniers espoirs de pouvoir négocier.

Son interlocuteur venait de se transformer en bloc de glace. Figé et autoritaire, il attendait que l’adolescent s’exécute. Mais ce dernier ne possédait pas un faible caractère, loin de là ! Son regard flamboya de courroux.

- Je ne serais jamais un de ces “compagnons” ! Et si vous abîmez mon corps magnifique, vous manquez cruellement de délicatesse et vous n’êtes qu’une détestable brute semblable à ceux qu’il ont osé me... me..!

Sa parole se désagrégeait sous l’angoisse qui croissait en lui. Il comprenait la lourdeur de ses chaînes, l’épaisseur de la porte de la pièce, et le sérieux de l’homme devant lui. Près d’eux, le garde se mit à ricaner.

- T’es coincé, mon mignon !

Cette simple remarque fut de trop. Profitant du reste de son corps libre, Armand envoya son pied heurter le tibias du garde, qui se courba en deux en criant de douleur. Le jeune noble lui cracha dessus.

- Je ne souffrirai pas une autre impertinence de la part de ces espèces de serviteurs-là !

Impulsif, le teint légèrement rougi de rage, les yeux brillants, il faisait inconsciemment rayonner davantage sa beauté.

Il se tourna vers le jeune noble et déclara :

- Si je n’aimais pas les hommes auparavant, à présent je les hais ! Vous ne tirerez jamais rien de moi ! Faites-moi libérer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 1:32

Laurent était plus que ravi du petit oisillon qu’on venait de le livrer sur un petit plateau d’argent. Que rêver de mieux que d’un compagnon, d’origine noble, à dresser ?! Personne ne pourrait jamais rêver mieux. Autant dire que Laurent allait en profiter au maximum et s’amuser comme il le devait avec le jeune homme enchaîné à ses pieds, s’amusant de ses réactions et de ses paroles. Il essayait de garder son statut, de rester maître de lui et de garder son sang froid… Mais plus il passait son temps en présence d’un Laurent devenu froid et distant…

Les ordres commencèrent à tomber sans que pour autant Armand ne se démonte, lançant même un bon coup de pied au gardien encore présent dans la pièce. Laurent fronça légèrement les sourcils et foudroya le gamin du regard. Comment osait-il se comporter de la sorte alors qu’il était dans une position bien plus qu’inférieur à ce garde… D’ailleurs, Laurent le fit sortir avant de se rapprocher d’Armand et de lui décrocher une bonne gifle, faisant partir la tête du jeune homme sur le côté et chauffer sa joue…


« Ca ne sera que la première d’une longue série si tu ne te calmes pas. »

Le jeune noble attrapa une nouvelle fois le menton d’Armand, beaucoup plus durement que la première fois, serrant fortement la mâchoire dans sa main et fouillant le regard d’Armand du sien. Il détestait qu’on puisse avoir autant de fierté et qu’en plus, on ose l’insulter…

« Laisse moi te dire que la nuit que tu viens de passer a été douce en comparaison à ce que tu vas subir maintenant… »

Laurent plissa légèrement les sourcils et lâcha le menton du jeune homme brutalement, lui envoyant la tête contre le mur. Le jeune noble se redressa tranquillement pour se diriger vers une armoire et en sortir quelques petites choses qu’il posa sur le côté d’Armand, soigneusement, histoire de le faire paniquer un peu plus.

« Veux-tu bien te déshabiller maintenant ? Ou bien dois-je passer à l’étape suivante ? »


Le jeune noble prit une longue cravache et la claqua dans sa main tranquillement, regardant toujours aussi tranquillement et froidement. Armand avait eut le grand malheur de tomber sur le plus froid, le plus sadique et le plus dur des clients de l’Hôtel ! Laurent n’hésitait à rien pour avoir ce qu’il avait envie… Et là, il avait envie de voir le corps d’Armand !

« J’ai très envie de voir ce qui se cache sous tes vêtements et de gré ou de force tu seras nu…. Veux-tu donc que j’accélère les choses ? »

Il en avait déjà très envie… Il n’en faudrait pas beaucoup pour que le compagnon morfle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 2:08

La main glacée claqua sur sa joue, y propageant une rougeur soudaine. La signification du geste perturba Armand bien plus que la douleur : on venait d’oser le frapper, encore une fois. Qu’il s’agisse d’un serviteur ou d’un noble, cela revenait au même : si on portait librement atteinte à son corps, cela voulait dire qu’il ne valait plus rien en tant que noble et en tant qu’humain. Tous, autant qu’ils étaient, essayaient de le réduire au rang des objets.

Mais une telle gifle, si elle aurait calmé un autre garçon, ne fit qu’alimenter la colère de celui-ci. Le garde ayant quitté la pièce, il ne put que tourner son regard enflammé empli de rancune vers l’homme au visage froid.
Ce dernier lui empoigna de nouveau le menton, mais cette fois avec une telle fermeté que notre adolescent ne put s’en défaire. Sa tête heurta le mur, lui donnant l’impression de voir flou durant un court instant. En effet, il n’avait rien avalé depuis quelques jours, depuis cette nuit affreuse plus exactement, et commençait à sentir que son corps le trahirait bientôt, l’empêchant de se débattre longtemps.

Le choc l’avait fait glisser au pied du mur. Les dalles glacées lui procurèrent un frisson, qui s’accentua lorsqu’il aperçut les objets que son interlocuteur venait de sortir.

Mon Dieu... Sauvez-moi...

La cravache brandie rappela des choses à Armand.

”Père ! S’il vous plaît, ne frappez pas Ebène !

”Cet animal est bien trop têtu, mon fils ! Je me demande comment vous parvenez à vous faire obéir... Sans doute êtes-vous de la même trempe ! Quoi qu’il en soit... S’il reste aussi sauvage, jamais nous n’arriverons à le vendre !”

Le regard d’Armand, s’il venait de sembler apeuré après les coups de l’autre noble, se durcirent à nouveau, preuve qu’il se reprenait et rassemblait toute son audace naturelle afin de lutter contre le désespoir qui l’envahissait peu à peu.

- Vous n’êtes qu’un immonde pervers ! s’exclama-t-il, Vouloir déshabiller un autre homme... Vraiment, vous me dégoûtez tous !

Apparement, l’autre jeune homme tenait fermement à son idée. Armand devinait qu’il le frapperait sans aucun scrupule. Et pourtant, il ne devait pas fléchir. Il avait décidé qu’il ne passerait pas sa vie dans un lieu débauché comme celui-ci !

Vu sa position, il ne pouvait que tenter de négocier avec ce bourreau inconnu.

- N’êtes-vous pas un gentillhomme ? Comment pouvez-vous faire partie de ces erreurs de la nature qui aiment le même sexe qu’eux..?

Il se releva avec difficulté, une épaule appuyée au mur.

- Et en plus, asservir lâchement un jeune homme retenu prisonnier..? Avez-vous vraiment le déshonneur de faire cela ?

Sa voix se radouçit, tout en demeurant sûre d’elle-même. Il se servit de son charme naturel, si charismatique et chaleureux, pour jeter un pont entre lui et cet autre jeune noble qui le menaçait.

- Je ne suis pas comme les autres compagnons. Ma présence ici est une erreur. Je suis normal, moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 14:14

Laurent n’était pas réputé pour sa douceur et sa patience ! Dans l’Hôtel, les compagnons avaient apprit à le craindre comme les serviteurs et il était autant respecté que s’il était le Roy lui-même. Mais ce petit Armand était un nouveau venu et n’avait pas encore comprit les règles des lieux. Qu’importe, Laurent allait lui apprendre tout ça et la première gifle tomba d’ailleurs sur la joue du jeune homme, la faisant rougir soudainement. L’attitude narquoise du gamin commençait à énerver Laurent qui alla chercher quelques petites choses pour persuader Armand de se déshabiller comme l’homme le désirer.

Mais rien à faire, Armand continuait à lui tenir tête et à jouer les têtes de mule. Mais avait-il véritablement envie de mourir ? D’avoir mal ?! Il croyait réellement pouvoir s’échapper d’ici ? Apparemment oui vu comme il se releva, n’hésitant pas à traiter le noble de pervers avant de tenter de le séduire. Et bien, il n’avait pas froid aux yeux !


« Quand je donne un ordre, j’attends qu’on l’exécute. Déshabille toi… Ca sera la dernière fois que je te le demanderais aussi… Gentiment. »

Laurent n’avait jamais caché son plaisir de la chair masculine, la préférant même à celle de la femme, beaucoup trop fragile et beaucoup trop fine à son goût. Lui, il aimait la résistance des hommes, de leur peau, la douceur sous ses doigts, la chaleur quand il l’étreignait ou même les marques délicieusement rouge qu’il pouvait y laisser…

« Je n’aime pas les femmes quant à ton opinion, sache que je m’en moque totalement. Ici, tu n’es rien et tu seras traité moins bien qu’un rat…. »

Le ton était donné ! Laurent regarda froidement le jeune compagnon et le regarda se lever et essayait de le séduire. Cela lui donna envie de rire mais il garda cela pour lui et se contenta d’envoyer une nouvelle gifle sur la joue du jeune homme avant de lui donner un coup de cravache dans le cou. Laurent connaissait les points qui faisaient mal et qui faisaient normalement craquer les plus dur.

« Bien, il va falloir te donner une bonne leçon… Si tu es ici c’est pour le plaisir… Tu n’es qu’une pute…Compris… »


Mais Laurent ne lui laissa pas le temps de répondre et s’approcha d’Armand pour lui empoigner les cheveux et le plaquer face contre le mur pour arracher ses vêtements sans aucune douceur, se moquant de blesser la peau du jeune homme… Il jeta les loques sur le côtés et sourit en coin en voyant la peau pâle, marquée de quelques bleus du à la nuit que le jeune homme avait du passer.


« Pourquoi cacher cette peau… Elle attire déjà le regard… »

Laurent, tout en continuant sa pression sur le crâne d’Armand, glissa son autre main de la nuque jusqu’aux fesses de son compagnon se délectant de ses frissons de dégoût sans doute…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 19:49

Une autre gifle, suivie d’un coup de cravache. Le jeune noble montrait une totale indifférence pour les sentiments d’Armand ainsi qu’un début de sadisme bien visible. Sous le choc, le jeune prisonnier cogna encore le mur, et s’y appuya fermement pour éviter de tomber.

- “Moin bien qu’un rat”... Décidément, il va falloir vous décider, dans tout cette ménagerie... Je suis un oisillon, un agneau ou un sous-rat ?

Le ton se faisait ironique, exprès pour provoquer cet homme qui osait le maltraiter. Armand se toucha le cou, qu’il sentait brûler intensément.

”Une pute”... Non ! Non, ce n’est pas juste ! Je ne peux pas être ça... Je ne le serai jamais !

Mais le jeune homme n’eut pas le temps de manifester son opinion contraire, car son interlocuteur venait de le saisir brutalement par les cheveux, plaquant son visage contre le mur dur et glacé. La douleur à son crâne l’empêcha de réagir lorsque la main habile lui arracha ses vêtements déjà en loques vu le nombre de jours passés sans en changer.

Ses épaules nues brillèrent sous les torches orangées de la salle. La courbe de ses reins fut accentuée par les ombres du lieu, donnant un aspect particulièrement mystérieux et sensuel. Ses fesses, petites et musclées, furent offertes au toucher impudique de son jeune bourreau.

- Arrêtez ça ! Je ne le supporte pas ! Je vous hais, je vous hais ! Je vous tuerais !

Et pourtant, malgré ses dires, les frissons qu’il éprouvait lui procuraient une étrange chaleur intérieure...

- Je déteste ça... Je vous hais ! Sale pervers... Je vous tuerais !

Les doigts se glissaient entre ses fesses, serpents sournois. Il se crispa pour les y bloquer tout net.

- Pensez-y... Que je vous tuerais dès que j’en aurais l’occasion !

D’un geste sec, il tourna la tête vers ce bras qui le maintenait face à la froide paroi et, avec résolution, y planta sa mâchoir vigoureuses. La chair du jeune noble tressaillit dans sa bouche, mais il ne relâcha pas sa prise. Au contraire, il accentua davantage la pression, surtout sur ses dents arrières, plus aiguisées, qui éraflèrent la peau de son bourreau. Le goût rouillé du sang se répandit sur le palais d’Armand. Il mordait avec toute sa force, toute sa révolte, et aurait arraché le bras entier s’il avait été un véritable loup. Mais il n’était qu’un humain, avec ses faiblesses, et savait qu’après cela, il se ferait certainement battre jusqu’au sang.

Qu’importe ! Je ne veux pas revivre ça... cette douleur atroce... Je ne veux pas... Je ne veux pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 20:43

Laurent se demandait si Armand voulait mourir ou bien s’il trouvait la situation encore à son avantage ? N’aurait-il pas été plus simple qu’il se soumette et qu’il obéisse comme il devait le faire ? Si, bien sur mais beaucoup moins amusant pour le jeune noble qui n’aurait pas pu céder à ses pulsions sadiques comme il le faisait maintenant. Oui, il aimait frapper, il aimait voir la peau rougir et les larmes monter aux yeux de ses victimes… Mais avec Armand, ça n’était pas aussi facile et le jeune homme faisait preuve d’une étrange résistance, continuant de lui tenir tête.

« Tu as raison… Tu n’es rien de tout ça… Tu n’es qu’une pute… »

Ca allait bien finir par rentrer dans sa cabauche ça !! Mais Laurent n’attendit pas que ça rentre pour attraper brutalement les cheveux couleur de feu du jeune homme et le plaquer face contre le mur pour le déshabiller sans aucune douceur, finissant de déchirer les loques que portait Armand depuis sans doute plusieurs jours. Et quelle splendeur se dévoila aux yeux de Laurent qui passa sa langue dans ses lèvres en glissant sa main de la nuque aux fesses d’Armand, le caressant sans aucune pudeur, s’amusant des horribles frissons qui devait parcourir le jeune homme.

« Tu me tueras… Etrange mais… Je ne pense pas que tu en ais le pouvoir… »

Susurra Laurent à l’oreille d’Armand alors qu’il glissait ses doigts entre les fesses musclés et rebondies du jeune noble déchu. De suite il se contracta au plus grand plaisir de Laurent qui augmenta la pression de son visage contre le mur. Il était tellement amusant de répéter qu’il allait le tuer et qu’il détestait ça… Alalala, Laurent ne pu s’empêcher de rire froidement, un rire à vous glacer le sang alors qu’il essayait de pousser ses doigts plus loin en Armand.

Mais soudain, il y eut ces dents sur sa peau, cette légère douleur qui ne plut pas du tout à Laurent. L’homme plissa les yeux et regarda froidement ce qu’était en train de faire Armand. Il rêvait ou bien le gamin était en train de le mordre et jusqu’au sang en plus ! Cela eut le don d’énerver grandement le jeune noble qui retira son bras de l’emprise bestiale du gamin pour lui envoyer son poing dans le visage, fendant sa lèvre.


« Tu vas me payer cet affront. Comment oses-tu te comporter de la sorte avec ton maître ! »

Laurent lâcha brutalement Armand pour se saisir des chaînes qui entouraient ses poignets et l’attacher, toujours face contre le mur, les bras en croix. Laurent se saisit d’un fouet à trois lanières pour le faire claquer dans l’air.

« Apprends un peu le respect ! »

Le ton était glacial, aussi coupant qu’une lame de rasoir alors que le premier coup tombait, puis le deuxième, dur, violent, marquant la peau sans aucune douceur, sans aucun état d’âme. Laurent détestait qu’on puisse se comporter d’une telle façon avec lui, surtout quand il avait tous les pouvoirs. Et il fouetta Armand un bon moment, de plus en plus fort, de plus en plus vite et avec un sadisme grandissant ! Il ne s’arrêta que lorsque son bras commença à être douloureux et le dos d’Armand couvert de sang.

« J’espère que tu as comprit… petite pute… »

Laurent posa le fouet plus loin et remis ses cheveux en place comme si de rien n’était, comme s’il venait juste d’y avoir un léger courant d’air…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 21:20

Ce mot revenait, écho amer : “pute”.
Voilà son destin, en réalité. Voilà à quoi il était voué à peiné né. Les cajôleries qu’on lui avait prodiguées n’étaient qu’un masque, levé sur l’avarice familiale qui maintenant l’abandonnait à la merci d’ignobles êtres sadiques et pervers...

Son jeune bourreau s’immisçait en lui, par sa voix autoritaire à travers son oreille et par ses doigts impudiquement enfoncés entre ses fesses. Une sensation d’étouffement s’emparait d’Armand. La honte, le dégoût et le dépit lui donnaient des nausées. Son visage rougi par les coups laissait perler une sueur luisante.

Le rire du jeune noble le fit tressaillir comme un vent froid. Décidé à agir malgré tout, notre adolescent s’attaqua à ce qui se trouvait à sa portée : le bras de son bourreau. Mais celui-ci s’en dégagea rapidement, méprisant son propre sang qui s’écoulait, et riposta par un violent coup de poing en plein dans le doux visage d’Armand, qui sentit sa lèvre éclater légèrement. Il se passa la langue et comprit, outre la profondeur de l’entaille, que sa situation était réellement désespérée. Inutile de discuter, inutile de se débattre, inutile...

Non ! Je n’abandonnerai pas ! Je ne cèderai pas à ses désirs immondes ! S’il prendra mon corps par la force, il ne forcera jamais mon coeur à le lui offrir !

Son bourreau tira les chaînes, faisant s’enfoncer un peu plus le métal dans la chair du jeune prisonnier. Ecartelé en l’air, devant le mur sombre qui lui renvoyait son souffle haletant, Armand ne savait pas à quoi s’attendre. Lorsque les lanières griffèrent son dos, il laissa échapper un clair cri de douleur. Puis, chassant la surprise de son esprit, il parvint à retenir ses autres hurlements qui se pressaient dans sa gorge. Il gardait pour lui ces évidences de sa souffrance afin de frustrer ce jeune fou. La douleur le lacérait, il avait l’impression d’être écorché vif. Les coups ressemblaient à des lames acérées, elles lui labouraient la peau sans répit. Son corps était parcouru de sursauts, de tremblements, et des larmes jaillissaient toutes seules de ses yeux écarquillés.

Il ne parvenait plus à réfléchir, plus à émettre un son, tant la douleur le tenaillait. Son dos brûlait atrocement. Sa chair gémissait. Il en sentait les sanglots sans en voir la couleur. Oui, il saignait. On osait faire couler son sang noble. On osait le réduire à l’état d’un esclave. C’était si insupportable ! Si infect !

Le mot tomba encore, vaguelette fourbe. “Pute”.

Les coups cessèrent, mais la douleur continua de lanciner tout l’organisme d’Armand. Sa vision se voilait de pleurs. Son dos dégoulinait de sang et de transpiration.

Au... secour... Mon Dieu... Sauvez-moi, je Vous en prie... Si Vous me sauvez... Je me fais moine... Je voue ma vie à Votre gloire...

Les prières de l’adolescent ne franchissaient pas ses lèvres closes et crispées. La nausée s’élevait en lui, se gonflait, se déployait...

Mal... mal... mal...

Soudain, il eut un haut le coeur. Il eut juste le temps de se retourner vers le jeune noble, revenu et debout à ses côtés, pour se pencher et... lui vomir sur les pieds. L’infâme liquide, mélange de sang et de bile, laissa planer dans la pièce une puanteur tenace. Armand regardait fixement les riches souliers souillés et sourit légèrement.

- Pas... de... maître... marmonna-t-il.

Et aussitôt, son esprit chancela. Il perdit connaissance et glissa au sol, ses bras levés retenus par les chaînes imperturbables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Ven 1 Aoû - 23:02

Pute… Pute… Laurent le répéterait jusqu’à ce qu’Armand ait intégré ce fait, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il n’était plus rien et qu’il devait maintenant se soumettre. Mais Armand était une forte tête et n’hésita même pas à mordre son bourreau qui n’apprécia pas vraiment et se fit un devoir de corriger comme il se le fallait ce petit impertinent ! Il lui envoya déjà son poing dans le visage, éclatant sa lèvre pour finalement sortir un fouet, incapable de se contrôler cette fois-ci !

Et Laurent tapa, encore et encore, se délectant du sang qui coulait le long du dos du jeune homme, de ses soubresauts… Il était déçu de ne pas l’entendre hurler mais il entendit quelques sanglots glisser de la gorge de son petit compagnon. Rien que ça, c’était jouissif… Ho oui, parce qu’il aimait beaucoup voir la douleur sur le visage de quelqu’un, voir le sang, la douleur… Grrr c’était vraiment grisant quelque part !

Laurent arrêta de frapper Armand quand son bras commença à lui faire mal. Il alla ranger le fouet et se rapprocha du gamin qui pendait lamentablement le long de ses chaînes. Laurent le pensait évanouit mais quand le jeune noble lui vomit sur les chaussures, il sentit la colère lui monter au nez. Il plissa les sourcils et envoya son pied dans le corps déjà inconscient de son prisonnier.


« Pas de maître hein ? Que diras-tu quand tu seras au bord de la mort… »

Laurent regarda le corps suspendu d’Armand avant de quitter la pièce pour aller chercher une cruche d’eau froide. Il revint dans la salle de dressage et détacha le noble déchu pour le tourner dos contre le mur. Et il n’hésita pas à lui envoyer le contenu de la cruche d’eau froide sur le visage, pour le tirer de son inconscience.

« Les putes ne dorment pas. Réveil toi, ton apprentissage n’es pas finit. »

Non, Laurent avait d’autres idées pour le moment. Il se dirigea vers l’armoire qui contenait tous les objets dont avaient besoin les clients pour se saisir d’une petite fiole verte et revint devant le plus jeune pour agiter l’objet devant lui.

« Sais-tu ce que cette fiole contient ? Non, sans doute pas… »

Laurent sourit sadiquement, un sourire qui faisait peur et dont Armand devait apprendre à se méfier. Le noble était dangereux, très dangereux et n’hésitait pas à abîmer vraiment les compagnons, les laissant parfois presque mort. Mais là, il allait juste lui montrer l’importance du plaisir et du désir.

« C’est un puissant aphrodisiaque qui agit sur la longue durée… Très efficace… J’ai très envie de voir ce que cela pourrait donner sur un petit puceau comme toi… Après tout, si quelques hommes t’ont touché cette nuit, tu ne dois pas vraiment t’en souvenir alors que là… Tu t’en souviendras longtemps… »

Ho oui, ça serait imprimé au fer rouge dans sa mémoire au plus grand plaisir de Laurent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 6 Aoû - 17:48

Encore un coup violent, encore un illusion de perdue.
L’esprit d’Armand basculait. Le sang et la sueur l’aveuglaient, les plaies lancinaient son corps, et les mots de son bourreau s’attaquaient à son coeur. Pourquoi devait-il subir une telle chose ? Pourquoi rien ne venait le sauver ?

Une vague froide lui heurta le visage, le tirant de son inconscience dans laquelle la douleur le plongeait. Il ouvrit les yeux et se vit affalé contre le mur, les poignets enfin déliés, mais les membres si meurtris qu’il se trouvait incapable de porter encore une fois atteinte à quelqu’un, surtout pas à cet homme armé d’un fouet. D’ailleurs, celui-ci parut ne pas se contenter de coups, il revint vers lui en brandissant d’un air mauvais une petite fiole étrange à laquelle Armand jeta un regard meurtrier, surtout lorsqu’il entendit la nature du liquide qu’elle contenait.

- Espèce de salaud... immonde pervers... Je te verrais crever !

La douleur dominait son corps, mais sa colère bouillonnait dans son regard toujours vaillant et dans ses propos toujours acerbes.

- Soulage-toi et qu’on en finisse, pervers, je suis fatigué grommela-t-il en écartant les cuisses, laissant son entrejambe impudiquement visible, Mais tu payeras tout ça un jour, je te le promets !

Ses cheveux roux dégoulinaient sur ses épaules nues, comme le sang coulant de son dos. Même abîmé, le jeune noble déchu dégageait une beauté envoûtante.

- Et si je te vomis dessus pendant que tu me prends, ne t’offenses pas, ce sera ma façon d’apprécier ce que tu me feras !

Il serrait les poings, adossé au mur, totalement impuissant. Son bourreau pouvait tout faire de lui, à présent, il le savait. Mais il résistait intérieurement, s’accrochant à la pensée tonifiante de marcher un jour sur le cadavre de cet individu.

- Allez, pervers ! Prends-moi ! Tu es fou de mon corps sanglant, n’est-ce pas ? Tu veux que je cries ? Tu veux que je pleures ? Tu veux que je te lèches les orteils ?

Il cracha au sol d’un air méprisant.

- Eh bien tu peux rêver !

Le jeune noble déchu n’était jamais à court de mots. Il en usait comme d’un souffle, comme d’un couteau, défi contre la douleur, contre l’abandon, contre la tristesse, contre cet homme qui le tenait en son pouvoir, cet homme avec lequel, en d’autres circonstances, il se serait peut-être bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 6 Aoû - 18:21

Laurent n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler un enfant de cœur ! De toute façon, il n’avait pas de cœur et à la place, il avait une pierre, froide et dure, qui ne ressentait aucun sentiment. Et malheureusement, c’était Armand qui en faisait les frais… Parce que si pour le moment le jeune homme était évanoui, ça ne durerait pas ! Non, Laurent avait encore d’autres choses à lui apprendre, il devait encore le dresser parce que ce petit noble n’était absolument pas prêt à devenir un compagnon de l’Hôtel…

Le noble quitta la salle de dressage le temps d’aller chercher un bac d’eau froide pour le jeter sans ménagement sur le visage de son prisonnier au préalable détaché et jeté comme un malpropre sur le sol. Mais finalement, Laurent aurait mieux fait de le laisser endormit… ne savait-il donc dire que ces mots là ? Ca en devenait presque ennuyant !


« Tu te répètes mon beau… C’est dommage, ça pourrait être tellement agréable. »

Ho oui et ça allait l’être. Parce que ce que voulait le noble, c’était briser ce petit oisillon, lui faire comprendre qui était le maître. Il lui montra la fiole de drogue et ne put que rire froidement à sa demande autant explicite qu’implicite. Il lui écartait même les cuisses pour qu’il vienne plus vite. Mais ça ne marchait pas comme ça, ça serait beaucoup plus drôle si Armand ressentait lui aussi du plaisir dans toute cette histoire.

« Mais ça ne serait pas drôle si je te prenais comme ça et qu’en plus tu me vomissais dessus… Non, moi je vais te faire te sentir bien… Tu en redemanderas même. »

Décidemment, ce petit Armand était un drôle. Il faisait bien rire Laurent avec ses répliques hargneuses alors que son corps criait grâce. Le jeune noble s’agenouilla devant lui et débouchonna la petite fiole, en rapprochant le goulot de la bouche d’Armand dont il se saisit violemment du visage, serrant sa mâchoire dans sa main pour lui faire ouvrir la bouche.

« Ouvre ou je te la brise… et crois moi, qu’à ce moment là, on ne risquera plus de vouloir de toi dans un lit… On te jettera dans une fausse commune avec toutes les autres chairs de Paris. »

Et en ce temps, ça n’était pas vraiment flatteur ! Laurent plissa les yeux et accentua un peu plus sa poigne, enfonçant le goulot dans la bouche de ce noble déchu et y vider le contenu dans sa gorge avant de la lui refermer brutalement.

« Avale… »

Siffla dangereusement Laurent, son regard glacé et dangereux dans celui d’Armand…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 6 Aoû - 18:53

Armand pourrait répéter sa hargne à l’infini. Il la déclinait à travers son regard flamboyant, ses paroles défiantes, ses gestes crispés. Il se sentait si mal ! Comment cet homme osait-il prétendre qu’il éprouverait du plaisir dans leurs rapports ?

Je déteste les hommes... Leurs corps me dégoûtent... Leurs désirs me terrifient...

En redemander ? Quelle impertinence de la part de cet individu qui l’avait fouetté jusqu’au sang !

- La seule chose que je redemanderai, c’est ton trépas, pervers ! siffla-t-il entre ses dents.

Mais malgré sa réticence, le goulot de la dangereuse fiole se rapprocha de lui, et la poigne forte du noble l’obligea à ouvrir la bouche pour laisser le liquide bizarre lui envahir le palais, couler dans sa gorge...

Non... Non ! Non !

Il avait peur. Terriblement peur de ce qui allait se passer. Il ne contrôlait rien, ici. Tout le cernait : ces murs, ces chaînes, cette communauté, ces mains-là... Ces mains-là, si oppressantes ! Et cette voix glacée à en donner des frissons qui cherchait à faire plier son esprit, à dominer le feu de son être...

Il avala. Comment aurait-il pu faire autrement ? Au fond des yeux froids, il voyait une âme dénuée de sentiments, pareille à une pierre tombale... Il avait peur. Si peur ! ”Une fosse commune” ! La déchéance serait totale ! Le déshonneur serait insupportable ! Son esprit errerait parmi ceux des misérables, des damnés..!

Il avala tout le contenu jusqu’à la dernière goutte, s’essuya distraitement les lèvres charnues rougies par le sang, et répliqua d’un ton insolent :

- Je ne veux pas mourir avant toi, pervers.
Il se redressa, chancelant mais toujours paré de sa fierté naturelle, pour dévisager son bourreau. Quelle impassibilité... Quelle froideur... Quelle sévérité...

- Est-ce une antre de démons, cet hôtel abominable..?

Il lâcha un rire moqueur et, soudainement, profita de ses mains libres pour tenter de frapper le noble en pleine face ; malheureusement, à cet instant, son corps fut étrangement ralenti par la propagation d’une douce chaleur. Sa tête lui tourna. Sa vision se brouilla à cause d’un voile inconnu, ni de sang ni de larme, mais à l’intérieur de son esprit. Il se prit la tête dans une main, l’autre s’appuyant au mur.

- Salaud... Qu’est-ce que...

Sa poitrine semblait être pressée par des mailles invisibles. Armand se toucha la tempe, remarquant la transpiration qui y apparaissait. La froideur du lieu ne lui parut plus si terrible, car le liquide dont son corps s’imbibait à présent le transformait en tison vivant. Il regarda méchamment son bourreau, en se passant la langue sur les lèvres pour apaiser sa plaie, sans s’apercevoir qu’il offrait ainsi, nu et déhanché contre le mur, un spectacle appétissant.

- Qu’on en finisse, pervers... Vite...

Avant que... mon corps ne me trahisse... avant que tout ne m’abandonne...

Il avait si peur, il avait si chaud ! Il n’arrêtait pas de se palper pour effacer la sueur qui dégoulinait, mais cela ne faisait qu’alimenter son trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 6 Aoû - 20:46

« Pervers… Pervers…N’as-tu donc que ce mot à la bouche… Ca en devient fatiguant et énervant. »

Il valait peut-être mieux qu’Armand se taise avant que Laurent n’ait l’idée de lui couper la langue. Oui, ça serait une bonne idée quoique fâcheux pour les clients qui aimeraient sans doute goûter à cette petite douceur. Enfin bon, pour le moment ça n’était pas le soucis principal de Laurent qui comptait briser en mille morceaux le noble déchu en face de lui et pour cela, il allait lui faire prendre son pied et redemander encore et encore ce plaisir qui allait le consumer.

« Je ne suis pas prêt de mourir mon cher… »

Le jeune homme sourit en coin sadiquement avant de s’agenouiller devant son prisonnier pour lui attraper rudement la mâchoire et lui faire avaler le contenu aphrodisiaque de la fiole qu’il posa un peu plus loin alors qu’il se relevait, observant avec attention l’attitude d’Armand qui se leva soudainement malgré la douleur qui devait transpercer son corps de par en par après les coups que Laurent lui avait donné.

« Un endroit de démons ? Je ne vois pas de démons ici… »

Railla le jeune noble en croisant les bras avant de voir soudainement l’attitude d’Armand changer. Si le jeune homme était pâle quelques minutes plus tôt, son visage commença peu à peu à rougir et une fine pellicule de transpiration commença à couvrir son corps qui s’imbibé de plus en plus de la drogue que lui avait fait avalé de force Laurent. Ce dernier s’amusait d’ailleurs beaucoup de cette situation et ne put que s’approcher un peu de cette si appétissante proie, ainsi cambré contre le mur et se léchant les lèvres.

« Allons… Pourquoi tant de précipitation… Nous avons tout notre temps. »

Ho oui, Laurent allait prendre son temps, son temps pour savourer ce spectacle si délicieux, le temps de voir le corps d’Armand réagir… Un si beau corps tâché de ce si beau sang. Le jeune noble s’en approcha un peu plus, acculant le jeune prisonnier au mur, ses mains de chaque côté de son visage alors qu’il venait simplement souffler dans son cou.

« Alors ? N’est-ce pas plus amusant comme ça ? De sentir la chaleur enflammer son corps ? Le désir augmenter, brûler de l’intérieur. Tu devrais être heureux de ressentir ce plaisir, cela va rendre les choses encore plus puissante. »

Chuchota de façon perverse Laurent dans le creux de l’oreille du jeune homme qui tremblait contre lui. Pourtant, l’homme ne voulait pas le toucher, pas encore, il voulait le laisser s’enflammer, le laisser s’exciter seul et supplier une quelconque délivrance que ne lui accorderait Laurent qu’après lui avoir fait faire les actes les plus humiliants mais aussi les plus délicieux pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Dim 10 Aoû - 6:17

Cela chauffait indubitablement tout son être, cela partait de l'intérieur, du fond osbcur, cela lui inondait le corps en jaillissant par humidité tiède à travers les pores de sa peau, et cela redescendait profond, profond, dans cette zone familière et pourtant si soudainement étrange...

Le souffle chaud et grave de son bourreau au creux de son oreille le parcourut de picotements à la fois insupportables et délicieux. Armand se mit à trembler, présentant son profil en signe de mépris, serrant les dents, sentant peu à peu son coeur s'affoler de peur en même temps que ses sens s'affolaient... d'envie.

Il était entièrement nu, livré entre les bras de cet homme toujours habillé qui le dominait de sa prestance et de son machiavélisme.

- Quel plaisir..? Je... Je n’éprouverai jamais ce genre de choses pour... des pervers comme toi...

Mais malgré ses propos toujours rebelles, sa voix diminuait en assurance. Entre ses cuisses, quelque chose le démangeait. Ce quelque chose se mouvait sournoisement, le désir prenait chair, la chair prenait forme, la forme se dressait lentement, la peau se durçissait légèrement...

- Laisse-moi tranquille... Tu n’as pas le droit... Je te tuerais... Laisse-moi... Arrête ça... Fais arrêter ça...

Inconsciemment, il avait attrapé les épaules de son interlocuteur et enfonçaient ses ongles à travers le tissu.

- Arrête ça immédiatement, salaud... Ça me brûle...

Ses mains se rejoignirent au niveau du cou du jeune noble, le serrant fermement, menaçant de l’étrangler.

- Je n’éprouve rien... Rien du tout !

Il haletait bruyament. Un frisson lui parcourut le corps, l’obligeant à lâcher sa prise. Il s’écarta de son bourreau, essayant de s’éloigner, dissimulant son entrejambe de ses paumes encore enfantines.

- Laisse-moi tranquille, pervers ! Laisse-moi... Fais arrêter ça !

Il se cala contre un autre mur, ses beaux yeux brouillés de larmes involontaires tant la peur l’oppressait, son corps pâle et pratiquement imberbe se recroquevillant au sol, cherchant une issue qui n’existait pas.

Que pouvait-il faire ? Cet homme le prendrait, comme les autres l’avaient pris. Mais celui-ci le possèderait au plus profond de lui, en usant de drogue afin de faire ployer son esprit farouche.

- Prend-moi vite, salaud... Prend-moi...

Il croyait avoir l’air agressif et défiant, mais l’expression de son visage avait changé : ses longs cils se baissaient, ses lèvres restaient ouvertes de façon sensuelle, la sueur faisait briller ses joues rondes.

- Prend-moi... vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Dim 10 Aoû - 13:54

Laurent observait avec un grand plaisir le désir s'infiltrer de façon insidieuse dans le corps d'Armand, parcourir son corps, prendre possession de ses sens et lui faire perdre totalement le contrôle. Il se régalait de le voir essayer de lutter contre l'aphrodisiaque puissant sans pour autant y arriver. D'ailleurs, Laurent ne s'amusa que plus des frissons qui parcoururent le corps du jeune homme quand il vint lui susurrer quelques mots à l'oreille, souriant sadiquement devant ses propos... Son corps le trahissait et bientôt, il le supplierait de lui donner du plaisir, de le prendre et pire, il aimerait ça, il en redemanderait!

"Ton corps va te trahir... Toute ton âme va se plier à ce plaisir sur tu dis pervers..."

Et que c'était amusant! Plus les minutes passaient, plus Armand était sous l'emprise du produit se faisait plus forte et plus Laurent s'amusait. Il se rapprocha un peu plus du corps de son prisonnier, s'amusant à frôler sa peau, à la caresser du bout des doigts rien que pour la voir frissonner. Entendre le jeune noble déchu haleter était aussi un pur plaisir, une promesse de ce qui allait se passer par la suite, une promesse d'un plaisir immense pour l'homme qui se réjouissait déjà de cette magnifique vision qu'il avait de ce corps nu.

"Fuir ne te servira à rien et te cacher non plus!"

Ricana le jeune noble alors qu'Armand le repoussait pour s'enfuir contre un autre mur, son corps se recroquevillant totalement, incapable de supporter le plaisir qui dressait son membre contre sa volonté, une volonté qui fléchissait déjà alors que le jeune homme le suppliait presque de le prendre avec un air adorable... Haletant, les joues rougies et les yeux brouillaient de larmes... Laurent sentit son désir monter en flèche alors qu'il approchait du jeune homme encore et encore, tel un prédateur devant sa proie, puissant, le dominant de toute sa hauteur.

"Supplie moi!"

Ho oui que c'était jouissif aisni!! Laurent ne pouvait que se régaler et plus Armand lui demandait d'aller vite, plus il comptait prendre son temps, encore et encore, faire durer le plaisir... Il s'accroupit d'ailleurs face au jeune homme et attrapa durement son menton, lui faisant relever la tête et plongeant son regard dans le sien, le dominant totalement. Armand ne pourrait qu'y voir le plaisir sadique que ressentait son bourreau en cet instant alors qu'une des mains de Laurent se faufilait déjà entre ses cuisses, repoussant la maigre et inutile protection de ce jeune homme pour y venir caresser l'objet tant désiré.

"Tu aimes n'est-ce pas? Dis le..."

Laurent voulait briser Armand, il voulait qu'il ressente le plaisir, que ça lui en donne la nausée et il le ferait jouir autant de fois qu'il le faudrait jusqu'à ce qu'il comprenne, qu'il comprenne que maintenant, il ne serait plus bon qu'à ça, qu'à donner du plaisir à d'autres hommes... Qu'il ne serait plus qu'une pute...

"Je vais te faire du bien, ne t'en fais pas..."

Continua Laurent alors qu'il acculait un peu plus Armand contre le mur, le forçant à se déplier pour pouvoir le caresser plus facilement, pour faire augmenter la pression un peu plus encore et le faire craquer définitivement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Lun 11 Aoû - 8:22

Un tel produit aphrodisiaque ne pouvait que déclencher un effet dévastateur chez un jeune homme quasi vierge, surtout peu habitué à ce genre de pratique ! Il luttait de tout son esprit, mais son corps l’abandonnait, chauffant davantage à chaque minute, et ce membre encore jamais autant provoqué se dressait ostensiblement...

Et l’autre qui en rajoutait, venant le caresser de façon si sadique ! Le moindre contact excitait un peu plus notre malheureux noble déchu. Et plus il se sentait vibrer sous le regard et les doigts de son bourreau, plus la honte gonflait sa poitrine. Armand aurait souhaité que la terre s’entrouvre afin qu’il puisse se cacher ! Il ne craignait pas de descendre aux Enfers, persuadé de s’y trouver déjà dans ce lieu débauché et douloureux.

Et son interlocuteur qui osait se baisser pour venir le narguer dans ses derniers retranchements, lui attrapant le menton pour plonger ses yeux dominateurs dans les siens qui s’inondaient de détresse.

L’ordre de supplier. L’ordre de s’humilier davantage. Mais pour notre jeune noble, se trouver nu à genoux devant un homme semblait amplement suffisant ! Mais son bourreau désirait plus, toujours plus. Sa main habituée cerna le membre rebelle à l’esprit d’Armand et l’encouragea dans ses drôles d’attitudes. La paume frottait la peau, les doigts titillaient l’extrémité si sensible...

- Ah... hmm... Non ! Je déteste, je déteste, c’est répugna... ah... hmmm...

Mais son corps se déployait, pâle et vigoureuse fleur au parfum raffiné, une fleur que l’on cueille sans aucune merci, rien que pour l’émotion de sa beauté piétinée.

Le jeune homme voulait encore lutter, plaquant ses mains sur les épaules du noble pour mieux le repousser, mais plus l’excitation croissait et plus ses mains glissaient, s’unissant dans la nuque dégoulinant de cheveux argentés. Sans s’en apercevoir, il se retrouva en train d’enlacer son ennemi.

- Laisse-moi tranquille, pervers... soufflait-il à répétition comme pour expulser le mal de lui, Je ne désire rien de toi... Rien... Termine vite...

Ses cuisses frémissaient, humides de sueur. Elles finirent par entourer le corps de l’homme qui les écartait nonchalament, donnant l’impression, si quelqu’un surgissait en pleine scène, que la victime retenait son bourreau près d’elle.

Armand fermait les yeux, incapable de supporter cette honte lancinante que le regard du noble sur lui ravivait sans cesse.

On lui promettait du bien, mais il avait mal, si mal ! Son dos ensanglanté par le fouet, ses joues bleuies par les coups, et surtout son coeur meutri par la tristesse...

- Je ne veux pas... Je ne veux pas... S... S’il te plaît... Laisse-moi tranquille...

La honte le faisait suffoquer. Lui, Armand Du Marigot, jeune noble au fort tempérament, se mettait à supplier quelqu’un ! À cette pensée, il fronça les sourcils et mordit férocement son bourreau à la joue, lui laissant une empreinte si profonde qu’elle ne partirait pas de sitôt.

- Je te hais ! Je te hais !

Les larmes jaillirent franchement sur ses joues. Ce garçon possédait une nature si expressive qu’il lui était difficile de dissimuler son désespoir présent.

La main chaude sur son... Oh, que c’était bon. Cela semblait aspirer son être. Cela faisait tout basculer vers le bas, tout converger vers ce morceau de chair tendue.

- Hmm... bien...

Il échappa ces paroles sans s’en rendre compte, et ses reins entamèrent une légère cadence, suivant la main experte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Lun 11 Aoû - 23:28

Laurent ne pouvait que se féliciter de ce petit produit qu’il avait donné à Armand, ce petit noble déchu entre ses mains. Ho oui, il aimait voir le corps du petit jeune homme en face de lui se tortiller de plaisir, ce plaisir insidieux provoqué par la drogue qui allait le rendre totalement fou et le faire céder ! Parce qu’il avait beau hurler qu’il détestait ça, qu’il tuerait Laurent, il ne pouvait rien faire pour le moment, cédant de plus en plus à ce plaisir provoqué… Et le noble s’en félicitait, souriant de façon sadique tout autant que perverse alors que ses doigts commençaient à parcourir la peau d’Armand, s’amusant de ses frissons, s’amusant de son état…

« Tu déteste… Ha bon… Cette partie là de toi semble pourtant beaucoup aimé… »

Souffla Laurent qui n’hésita pas à s’agenouiller devant le jeune homme pour glisser sa main entre ses cuisses et commencer à titiller le membre de plus en plus tendu, frottant son pouce contre le gland sensible, s’amusant de le voir réagir su rapidement… Sa peau semblait de plus en plus sensible et Laurent adorait ça ! Il s’en amusait, souriant et soufflant dessus, excitant de plus en plus Armand qui essaya de le repousser mais qui finit par s’accrocher à lui et même qui finit par lui écarter les cuisses…

Mais Armand semblait encore vouloir résister et n’hésita pas à planter ses dents dans la joue de Laurent qui se recula légèrement en fronçant les sourcils, envoyant sa main valser sur la joue du jeune homme pour finalement retourner le caresser plus vigoureusement encore, ses deux mains découvrant le corps abîmé du jeune homme, se glissant vers les fesses rebondies, titillant sans aucune pudeur ce que les deux globes de chairs cachaient.


« Tu me paieras cette morsure… Mais plus tard… Pour le moment… J’ai autre chose à faire. »

Et quand en plus Armand soupira en disant que c’était bien, le jeune noble sut qu’il avait gagné un point… Il sourit sadiquement et plaqua plus franchement le jeune homme contre le meuble pour l’embrasser langoureusement, forçant les barrières de sa bouche pour glisser sa langue contre la sienne et entrer deux doigts en lui sans aucune douceur, ne pensant plus qu’au plaisir qu’il allait ressentir quand il pourrait s’enfoncer dans cette antre chaude…

« Tu aimes… Hum ? Avoue le… »

Le briser encore et encore, le faire céder encore et toujours… C’est tout ce qui comptait pour le moment et c’était la meilleure chose qu’Armand avait à faire pour le moment… Pour espérer calmer un peu le désir sadique et pervers de Laurent qui ne se retiendrait pas ! Il aimait le sang, les larmes et la douleur sur le visage des compagnons… Il était le pire de tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mar 12 Aoû - 1:13

Nul ne l'avait entraîné à cette nudité, nul ne lui avait fait ressentir ce désir si profond... Armand découvrait un monde insoupçonné, un monde qui l'effrayait, le dégoûtait et l'attirait à la fois. Son bourreau incarnait également un guide particulièrement doué dans ses caresses, arrachant même un gémissement et un aveu audible de plaisir à ce garçon si rebelle.

Armand apprenait à ses dépens que "cette partie-là" pouvait se montrer terriblemement traîtresse. Il avait beau marmonner des insultes, son corps s'ouvrait progressivement aux gestes sensuels du noble, à cause de la drogue qui le dominait de plus en plus.

Lors de sa première fois, le groupe d’hommes l’avait assailli sans songer à lui procurer le moindre plaisir. Aucune caresse, aucun baiser, aucun murmure. Que des rires gras, des coups, des insultes...
Ce noble était des leurs, mais il possédait une perversion supplémentaire : la patience de faire céder les barrières de ses victimes, une par une. Face à lui, Armand ne pouvait pas rester aussi dédaigneux que sa nature l’exigeait, car il sentait son âme vaciller entre les mains de ce bourreau, comme s’il s’agissait d’une petite flamme luttant contre le vent. Prisonnière et protégée de ces paumes fermes...

Si je lui obéis... Si je lui cède... Est-ce qu’il me protègera des autres..?

Le jeune homme cherchait désespérément une issue à cet enfer, fût-elle risquée. Une morsure lui apportait automatiquement une nouvelle gifle. S’il résistait davantage, ce sadique le tuerait sans état d’âme. Mais s’il parvenait à lui devenir indispensable...

Les effets de la drogue enhardissaient Armand. Il eut envie de concrétiser sa pensée. Alors, quand la langue de son bourreau plongea quérir la sienne, il la lui livra doucement, le laissant profiter de ses fraîches lèvres pulpeuses.

Soudain, deux doigts s’enfoncèrent dans sa chaude et étroite intimité que les hommes de la dernière fois avait ravagée jusqu’au sang. Le plaisir humectait ce lieu, mais la surprise fit sursauter Armand. Il trouvait cela si dérangeant... si déplacé...

Il aurait voulu hurler son dégoût, pouvoir défier encore son bourreau par des insultes et des railleries, mais cette fois il comprenait que son salut dépendait de son attitude présente.

Armand se souvenait quand, enfant, il se forcer à pleurer rien que pour accuser ses aînés de l’avoir embêté, ou bien lorsqu’il minaudait devant la cuisinière afin qu’elle lui donne une part de gâteau en cachette. Il avait toujours su que sa beauté peu commune lui attirait les faveurs d’autrui, et devait absolument s’en servir pour survivre. Car cette beauté-là le faisait actuellement frôler la mort...

Ses muscles se détendirent. Lorsque le baiser se rompit, il le recommença, comme une revanche, pénétrant sauvagement la bouche de son bourreau, lui mordillant les lèvres, lâchant de faibles soupirs clairs pour pimenter l’action. Il agissait par instinct, mais de l’extérieur on aurait jugé ce garçon expert dans l’art de séduire. En réalité, Armand expérimentait tout, car la situation l’y obligeait. Son esprit ne perdait cependant pas de son farouche.

- Si je suis à toi... empêche-moi de devenir un compagnon murmura-t-il en faisant jouer ses doigts fins dans la chevelure argentée.

Et pour appuyer ses propos, il murmura à l’oreille de son bourreau, usant d’une voix absolument adorable :

- Han... J’aime... ce que tu me fais...

La honte lui martelait la poitrine, mais il fallait qu’il la ravale pour le moment. Un jour, il sortirait d’ici, il se le promettait. S’il seulement il arrivait à convaincre ce noble de le garder près de lui !

Armand se contorsionna pour se tourner, face contre le mur, présentant à l’homme ses belles fesses rondes et fermes. Cependant, son regard continuait de briller férocement.

- Je veux... que seul toi... me fasse cela... s'il te plaît...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mar 12 Aoû - 11:06

Laurent ne pouvait que se satisfaire d’être le premier à vraiment faire vaciller la volonté de ce noble déchu, le premier à lui faire ressentir le plaisir que seul deux hommes ensemble pouvaient ressentir. Jamais une femme ne lui ferait autant de bien, ça Laurent en était certain ! Et puis, que c’était agréable de caresser ce jeune homme, de le voir résister, essayer de ne pas montrer le plaisir de plus en plus évident que son corps ressentait… Parce que le corps est un traître, quand il aime, il le montre et là, le membre d’Armand était tellement tendu qu’il n’y avait aucun doute quant à son état !!

Laurent pouvait être passionné mais jamais sans un certain sadisme, une certaine violence ! Alors si Armand le mordait ou pire, essayait de s’enfuir, il est clair qu’il le tuerait sans aucun état d’âme, sans remords. L’homme était bien connut pour son cœur froid et son manque d’humanisme flagrant ! D’ailleurs, s’il embrassa Armand avec une certaine sensualité, il n’en enfonça pas moins deux doigts en lui avec une certaine brutalité, se souciant peu de savoir ce qu’allait ressentir le gamin face à ça !

Et il eut aussitôt la surprise de constater que la drogue faisait très bien son effet, même la… Dilaté et humide, l’intimité brûlante d’Armand était déjà prête à l’accueillir ce qui ne manqua pas le faire sourire en coin. Ainsi donc la volonté du noble déchu était en train de tomber à son tour. Bientôt, il serait à sa merci et il lui mangerait dans la main, en redemandant encore et encore ! Il allait aimer ça, aimer le sexe et le plaisir que lui donnerait Laurent…

Armand qui n’hésita pas à venir l’embrasser langoureusement, glissant ses mains dans ses cheveux en gémissant et demandant soudainement quelques petites choses. Laurent grogna et commença à bouger ses doigts dans cette étroite intimité, poussant plus loin alors que sa propre érection commençait à lui faire mal… Quelle était cette condition ? Bien sur, Laurent pensait garder ce jeune homme comme compagnon exclusif, mais le voudrait-il toujours quand il verrait comment Laurent traitait ses compagnons ?


« Tu veux rester avec moi… En es-tu sur ? »

Armand n’était-il pas en train d’essayer de le manipuler, de jouer de la situation ? Mais Laurent n’était pas un enfant de cœur et le jeune homme allait souffrir ! Mais qu’importe, il voulait devenir le compagnon de Laurent ? Il le deviendrait !

Le jeune noble sourit en coin et défit ses pantalons pour se coller soudainement à Armand, le plaquant au mur alors que son membre gonflé frottait contre les deux globes de chair. Il allait sceller tout ça… Maintenant.


« Soit, tu m’appartiens dés maintenant. »

Et sans un mot de plus, sans prévenir de ce qu’il allait faire, Laurent entra d’un seul coup de reins puissant dans l’intimité d’Armand, le plaquant au mur alors qu’il enfonçait ses dents dans la nuque gracile sous ses yeux. Excellent… Malgré son viole de la nuit passé, Armand était étroit à souhait, chaud et palpitant, tout ce qu’aimait Laurent…

« Tu me seras très utile… Très très utile… »

Souffla Laurent à l’oreille du noble déchu alors que ses mains plaquait son bassin contre la pierre froide, l’empêchant de bouger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 13 Aoû - 5:53

Le soulagement détendit Armand. Son bourreau acceptait de le garder rien que pour lui, ce qui éliminait les autres clients potentiels. Le jeune homme pensait souffrir moins sous le joug d’un seul homme, sans savoir qu’il était tombé sur le pire ! Il voulait apprendre à le connaître, à le manipuler, et peut-être parviendrait-il à s’enfuir un jour...

Mais derrière ces idées, le plaisir infligé par le noble était réel. Le jeune homme s’y abandonnait pleinement, à présent, en lui tendant sa jolie croupe. Les doigts le gênaient déjà, mais le membre épais, dur et brutal lui donna l’impression de se déchirer de l’intérieur. Il échappa une plainte douloureuse.

Cette terrible sensation... Au secours... Je ne voulais pas... Je ne voulais pas revivre ça...

Mais quelque chose était différent de la première fois. Entre ses cuisses crispées, son désir se tendait au point de lui faire mal. Sa nuque trembla sous les dents de son bourreau, ses hanches sentaient la pression autoritaire de ses mains...

- Aaaah... aaargh... Non... Oui...

Le plaisir et la souffrance se mêlaient en lui, en faisant un corps tressaillant et haletant. L’autre s’imposait à lui, le martelant sans pitié. L’intimité du jeune homme vibrait, et les échos de cette excitation atteignaient son sexe, le poussant à suinter légèrement.

- Deux hommes... C’est... Aaah ! C’est terrible...

Il trouvait cela pervers, sadique, décalé, triste, douloureux, mais... tellement intense !

Son visage collait au mur froid. Sa chevelure rousse tressautait sous les mouvements secs de son bourreau derrière lui. Armand sanglotait, incapable de retenir cette amertume qui le rongeait. Il aurait voulu repousser ces mains fermes loin de lui, éjecter ce sexe qui plongeait éveiller en lui des émotions si étranges, si honnies...

- Finis vite... Finis, ou je te tue !

Et à cet instant-là, il lâcha un rugissement de plaisir, comme celui d’une bête sauvage. Un liquide chaud dégoulina le long de sa jambe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent De La Castille
Client
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 13 Aoû - 13:40

Pauvre Armand, s’il avait su sur quel homme il était tombé avant de lui demander de le garder pour lui… Laurent n’était pas quelqu’un de gentil et ne le serait jamais, encore moins quant il s’agissait de compagnons dans le genre du noble déchu. Laurent aimait les petits rebelles, il aimait les voir se débattre dans sa toile comme Armand l’avait fait… Mais jamais, jamais il ne pourrait s’en aller et il finirait brisé, comme tous les autres ! Même son corps tout entier se détendit sous la promesse de Laurent…

Laurent qui ne tarda pas à pénétrer le jeune homme sans grande douceur, s’enfonçant dans son corps, prenant possession de tout son être avec force et brutalité, mordant la nuque et sentant un frisson lui parcourir l’échine sous le gémissement de douleur que poussa Armand qu’il plaqua plus franchement contre le mur. Il venait de sceller leur nouvelle vie ensemble et le nouveau calvaire d’Armand…


« Ho oui… Jamais une femme… Ne te feras autant de bien… »

Susurra Laurent dans le creux de son oreille alors qu’il allait et venait en lui, plaquant ses hanches contre le mur froid avant que l’une d’entre elle n’aille se perdre entre les cuisses frémissantes d’Armand pour y caresser le membre tendu. Le plaisir augmenta alors d’un cran et même Laurent se laissa à échapper quelques gémissements de plaisir, augmentant la cadence à chaque instant encore et encore.

« Hmm… Tu es délicieux, vraiment… »

Oui, Armand était tellement étroit… Laurent s’en lécha les babines alors qu’il accélérait encore le mouvement jusqu’à la menace du jeune homme. Il allait craquer, le jeune homme le sentait aux frémissements de son corps, à ce membre qui suintait déjà de plaisir… Et soudainement, ce rugissement de plaisir avant que la main de Laurent ne soit souillée du plaisir évident du noble déchu.

Laurent sourit en coin et s’enfonça une dernière fois dans l’intimité du jeune homme avant de jouir à son tour, plaquant une dernière fois le jeune homme contre le mur et mordit dans son épaule avant de se laisser aller un instant contre ce corps chaud et tremblant.


« Plus personne ne te toucheras maintenant… Tu es à moi, tu portes ma marque… »

Ho oui, il était à lui ! Pour toujours, jusqu’à la mort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Du Marigot
Compagnon noble
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Sous mes vêtements
Titre : Noble déchu
Loisirs : L'escrime, le cheval, défier ceux qui osent l'asservir
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   Mer 13 Aoû - 18:43

Son étroite intimité, dans laquelle le noble se plaisait tant, blessait le jeune rouquin qui se contorsionnait pour essayer d’y échapper. Mais la main experte dirigeait son propre plaisir, et bientôt il cracha cette essence âpre qu’il connaissait si mal. Il cria, incapable de maîtriser ses émotions de feu. Et ce cri signait, sans qu’il s’en rende compte, au bas d’un contrat imaginaire et dangereux.

Armand aurait bien souhaité voir sa première fois se réaliser avec une femme, peut-être l’aurait-il vécue plus tranquillement. Mais il doutait que son bourreau le laisse tenter l’expérience.

Cet homme ne prenait pas en compte ses origines nobles. Il le traitait comme un inférieur, un être à posséder, un objet dont il s’imposait le propriétaire.

C’est ça... Tu peux rêver... Je ne t’appartiendrai jamais... Tu verras...

Transpirant de honte, Armand repoussa ce corps étranger qui mêlait trop son humidité au sien et se redressa péniblement, s’accrochant au mur. Mais une nouvelle vague de liquide chaud s’écoula sur sa peau, un liquide provenant de ses formes rondes et fermes...

- Enfoiré... marmonna-t-il.

L’odeur accentua sa nausée. Sa tête lui tourna. Ses doigts dérapèrent du mur, et il tituba en arrière. Sans faire exprès, il tomba sur l’épaule de son bourreau. Son teint était pâle, ses lèvres tremblaient. Mais ses yeux défiaient encore ceux de l’homme.

- Et comment vas-tu convaincre les autres de ne pas me toucher ?

Est-ce qu’un homme comme lui pourrait réellement le protéger des brutes affreuses qui l’avaient dépucelé ? D’ailleurs... qui dirigeait ces lieux de débauche ? Ce magnifique homme prénommé Julien auquel l’avait présenté son père ?

- Ne me laisse pas ici... Je ne veux plus dormir dans cet ignoble cachot...

Il agrippait la chemise froissée du noble en prononçant ces mots. Puis, un frisson froid le parcourut.

- Puis-je... parler à monsieur Du Guerray ? Lui dire... que tout cela est un malentendu...

Mais il doutait que cette personne l’écoute. Ne l’avait-elle pas accueilli avec amabilité, pour ensuite le livrer à cette bande de sauvages..?

Il rejeta en arrière ses mèches épaisses et rousses, essuya la sueur qui faisait luire ses tempes. Mais, étrangement, la chaleur subsistait. Il baissa les yeux et remarqua que son membre se tendait toujours outrageusement...

Ce n’est pas vrai ! Cette satanée drogue !

Il espérait que l’autre ne s’apercevrait de rien.

- Puis-je me rhabiller, à présent ?

Ses vêtements, déjà en piteux état, venaient de se faire déchiqueter par ce pervers pressé de le voir nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans une salle reculée... [Armand VS Laurent]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» _Ne pas se faire prendre l'appareil photo à l'entrée ou dans la salle.
» Teck flammé dans ma salle de bain
» Eric Clapton "Ruby" sur mon Dobro FR 50 Fender
» CR Montpellier - 30 mai à 15h
» Scorpions 2011 tournée d'adieu ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hôtel de Guerray :: L'intèrieur de l'hôtel. :: Salle de dressage-
Sauter vers: