Hôtel de Guerray

Venez découvrir les joies du XVIII ème siècles.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u

Aller en bas 
AuteurMessage
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Ven 15 Fév - 20:49

La brise qui entrait par le soupirail apportait un parfum de fleurs digne du paradis terrestre .
Andi ouvrit, prêt à sourire, des yeux noisette, naïfs et ensommeillés .
Son regard rencontra la pierre froide et immédiatement, il ressentit des courbatures .
Que s'était-il passé ... Il voulut se redresser pour regarder autour de lui, inquiet, se rappelant une sinistre occasion, pas si ancienne, où il avait subi une sévère correction dans un cachot de la belle ville de Paris, ce qui lui avait valu un réveil tout semblable.
Une gêne entravait son cou, ses pieds, et une partie plus embarrassante de son individu .
Il avala péniblement sa salive, et sentit dans sa gorge le goût d'une liqueur, sans en éprouver l'effet de légère chaleur .
Il avait les mains enchaînées . Les chevilles, également . Des chaînettes reliaient ces membres, mais il pouvait exécuter des mouvements simples, même si courir lui aurait sans doute été malaisé, on aurait plutôt dit des ornements d'un goût douteux .
C'est le restant qui confirma ses craintes .
Il s'était encore laissé aller aux coupables excès d'une nature sulfureuse et diabolique ...
Les anneaux d'or de ses tétons percés étaient reliés par des chaînettes toutes semblables, étincelantes de reflets d'acier, à un autre anneau du même type, qui quant à lui ornait l'extrémité avant de son anatomie ; les chaînettes étaient tendues, et la chose ne l'était guère moins .
Quant aux traces qui maculaient le sol autour de lui, et son corps lui-même, avec abondance, il ne pouvait que deviner ce qu'elles suggéraient d'étreintes diaboliques, d'autant qu'elles ne pouvaient humainement avoir été répandues par une seule et même personne, fût-ce le dépravé qu'il se haïssait d'être .
Avec un gémissement de désespoir, il se recroquevilla dans l'ombre du mur au pied duquel il gisait, couché à terre, abandonné là comme un jouet brisé .
Il chercha fébrilement comment retirer les chaînettes qui le mettaient au supplice, lorsqu'il se rendit compte que ce maudit anneau si vilainement placé maintenait quelque chose à l'intérieur même de son sexe .
Il en frissonna d'horreur .
Comment retirer cette chose, au nom du ciel ... et comment pouvait-il avoir été assez fou pour accepter qu'on la lui mette ? Quoiqu'il se connaissait suffisamment pour savoir qu'il se l'était probablement mise seul .
Cherchant des yeux, il remarqua un meuble peu éloigné où se trouvait, en décoration, du matériel de torture usité dans l'inquisition . Quel jeu, vraiment, quand on savait que certains d'entre eux finiraient sous ces mêmes outils pour leurs pratiques contre-nature ...
Soupirant, rouge de honte, le jeune homme nu se leva et gagna le meuble .
Il trouva une pince et coupa les chaînes, avec une grimace lorsque son membre détaché reprit sa place, entraîné par le poids de la baguette qui le traversait .
Il la retira alors, prudemment, et considéra avec affliction sa longueur et son épaisseur . Elle était encore grasse d'un produit qui avait servi à faciliter sa pénétration, mais il n'éprouvait pas moins un sentiment d'incompréhension vis à vis de cette pratique .
Du moins n'avait-il rien dans l'anus cette fois . Cela ne voulait rien dire à cet égard mais c'était déjà une humiliation de moins ...
Il retrouva ses habits et les revêtit avec des gestes tremblants . Cet endroit était froid . Il passa la collerette métallique qui maintenait sa cape et s'enroula dans celle-ci .
Incapable de sortir des cachots pour faire face aux occupants de ce lieu de perdition, il s'agenouilla et pria . Pour qu'on l'oublie, et pour que Dieu lui donne la force de se punir en expiation du plaisir coupable qu'il avait pris ...
Il y avait bien sûr là toutes sortes de fouets . Mais il s'était rhabillé, et ne comptait plus enlever ses vêtements, quoique leur contact sur sa peau souillée augmentait la sensation de souillure .
Il prit un fouet et le cacha sous sa cape en l'enroulant maladroitement, laissant échapper le bout . Il se punirait une fois dans son dortoir, lorsqu'il se serait un peu nettoyé .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Ven 15 Fév - 21:40

[dédoublement]

Sa nuit avait été bien plus douce que pour certains, en effet, aucun sieur n'avait eut de contact avec lui et donc son corps en fut soulagé.
Le nombre de ses cicatrices stagnaient, un certain Comte prenait soin à ne le prendre que durement et ne pas abimer son corps.
Mais les clients cherchant à faire mal gratuitement étaient légions, il avait seulement eut quelques répits, ces derniers temps.

Souvent mis de côté, il aimait à se faufiler dans certaines parties de la "maison".
Les cachots étaient parmi ses préférées.
Les murs, emprunts de cris, de douleurs, mais aussi de plaisir et de semences, Julien aimait à y trainer et parfois à y surprendre une quelconque scène.

Vêtu de son peignoir de soie, noire, seul vestige de sa vie de noble, Julien s'arrêta devant l'une d'elle.
Des psaumes s'élevaient doucement, comme une complainte.
Il se percha sur la pointe de ses pieds et tenta de regarder par les barreaux de la porte.
Ce n'est que grâce à son odorat plus élevé que la moyenne, qu'il senti l'odeur de corps transpirant.
Clanchant la porte, il l'ouvrit doucement et plus part inquiétude de son prochain, bien qu'il ne soit pas au mieux avec les autres, il osa passer sa tête part l'entrebâillement.

-Il y a quelqu'un ?

Sa vue se fit la plus fine possible, il n'y voyait rien, et donc encore moins de ce corps à genoux derrière cette porte.
Au fur et à mesure qu'il ouvrait, il fini par cogner, doucement, le corps derrière.
Sans hésiter, il se montra entièrement et il se baissa, prêt à porter secour à un compagnon sans doute comme lui, aimant souffrir, à qui on avait infligé milles sévices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Ven 15 Fév - 22:56

Tout naturellement, le choix d'Andi s'était porté sur le Cantique de David dans la Caverne .
Tout en marchant à pas lents vers la porte, il égrénait d'une voix affaiblie les vers sacrés . Sa main se posait de loin en loin contre les moellons apparents du mur, pour soutenir son corps courbaturé .
Il n'osait plus lever la tête .

''De ma voix je crie à l'Éternel, De ma voix j'implore l'Éternel.
Je répands ma plainte devant lui, Je lui raconte ma détresse.
Quand mon esprit est abattu au dedans de moi, Toi, tu connais mon sentier. Sur la route où je marche Ils m'ont tendu un piège.
Jette les yeux à droite, et regarde! Personne ne me reconnaît, Tout refuge est perdu pour moi, Nul ne prend souci de mon âme.
Éternel! c'est à toi que je crie. Je dis: Tu es mon refuge, Mon partage sur la terre des vivants.
Sois attentif à mes cris! Car je suis malheureux. Délivre-moi de ceux qui me poursuivent! Car ils sont plus forts que moi.
Tire mon âme de sa prison, Afin que je célèbre ton nom! Les justes viendront m'entourer, Quand ...''

Il s'interrompit brusquement . Il avait trouvé son chemin et n'était plus qu'à quelques pas de la porte, lorsqu'elle s'était soudainement ouverte .
Il y avait quelqu'un ... peut-être encore cet homme au grand rire froid, sans visage, qui l'avait amené ici .
Il respira soudain difficilement .
Gardant le silence, il sentit son coeur battre si fort qu'il craignit que l'autre ne le repère grâce à cela .
Mais à la voix qui s'éleva, à la silhouette qui se dessina, il sut que ce n'était pas son camarade de jeu de la nuit passée .
Un chant d'oiseau tomba du soupirail, au plafond, donnant sur les jardins .
C'était un compagnon, et il devait être seul pour élever ainsi la voix le premier .

''Myoki ?''

Andi cilla . La silhouette reprit forme . Les draperies élégantes qui retombaient sur les flancs de l'homme trahirent son identité .
Le jeune homme soupira en repoussant ses cheveux de son visage . Un de ces damnés, de ces créatures perdues qui se plaisaient à vivre ainsi et recherchaient un plaisir coupable au lieu de songer au salut de leur âme ...
Que dirait leur Sauveur en les voyant, au jour de leur trépas ?
Du moins pour sa part se serait-il copieusement mortifié et repenti .

''C'est moi, Androclès,'' lança-t-il d'une voix vacillante, qu'il voulait ferme, en redressant la tête de sa haute taille .
S'il avait eu un semblant d'estime de lui-même, il se serait improvisé homme d'église pour secourir ces consciences abandonnées au vice ... mais il n'était, à leur image, qu'un pauvre pécheur .
Il avait scrupule à prononcer le prénom de Julien, étant donné que c'était celui de leur maître à tous .
Il lui aurait semblé avoir une conversation familière avec ce Lucifer au sang de glace .
Le fouet, comme un serpent, glissa un peu plus la tête hors de la cape qui drapait son costume médiéval austère . Il n'y prêta pas garde et tâcha de passer devant l'autre compagnon comme si de rien n'était, réduisant au maximum sa légère boiterie .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Sam 16 Fév - 20:06

Les compagnons n'étaient pas légion, le mal venait bien de là.
Ils auraient été bien plus dans l'établissement, que Julien n'aurait pas eut toutes ses brimades, venant d'ailleurs de ses propres compagnons de galère.
Car ne l'oublions pas, Julien avait été mis ici de force, vendue par ses paires. Légal ou pas, cela devait surement être courant.
Pas une fois il eut l'envie de s'échapper.
Enfin peut être une fois, oui, mais l'envie lui passa bien vite, quand il vit ce que l'on avait fait à un compagnon.
Son cœur s'était presque arrêté quand il le vit à l'infirmerie.
Lui soigné pour des coups portés à son corps pendant un ébat "musclé".
Une sorte de haine lui fut voué, comment pouvait on aimer se faire scarifier, percer, fouetter alors que d'autres, la majorité, risque cela pour la liberté..

Alors quand le corps se redressa, qu'il reconnu la voix, celle d'un illuminé, il recula.
La première chose qu'il remarqua chez lui furent ses deux derniers doigts de la main droite, totalement inutile, légèrement biscornus.
Il avait appris à le regarder, d'un coin et de filer rapidement après ça.
Sa stature en imposait et tenait en garde pas mal de gens ici, des compagnons surtout.
Mais il avait été susurré que sieur serait quelque part bien né et qu'il serait fort doux.
Balivernes ! Lui aussi était doux ! il aimait la souffrance, cela le faisait bander, jouir, mais en aucun cas il aurait fait mal à quelqu'un volontairement, du moins pas sans l'accord de la personne en face.

Julien vit le fouet qui sorti presque de façon outrageuse de la poche peu profonde de son habit.
Intrigué, toujours pas apeuré par cette personne, il se pencha et toucha le fouet du bout des doigts alors qu'il s'en allait, clopin, clopant.

-Puis-je vous débarrasser de cela ?

Aussi vite qu'un chat l'aurait fait, il lui subtilisa alors l'instrument.
Mais sans fuir pour autant, il osa croire que ce n'était pas pour se punir, comme le faisait certain. Par contre, il pris une liberté, bien risquée.

-Je vous le rendrais une fois que l'on sera allé à l'infirmerie, ensemble, il semble que vous soyez dans un bien piteux état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Dim 17 Fév - 13:44

A la main tendue vers lui, Andi reploya son corps mince et félin contre la muraille, comme un serpent blessé .
Avec une sorte de terreur, il vit l'instrument de son châtiment lui être retiré ; ce démon de luxure lui était envoyé par le prince des enfers en personne .
Il ne fit pas un geste, étrangement engourdi .
Il s'était honteusement dépensé toute la nuit, inutile de vouloir le nier ...
Une douloureuse vision de ce qu'il avait pu faire le hantait, souvenir ou construction de son esprit malade, il ne savait plus .
L'infirmerie ? Il baissa la tête .

''Pourquoi se soucier du corps quand c'est l'âme qui souffre ?''

Guère plus qu'un murmure ou qu'un psaume, mais dans ce silence glacé et impitoyable comme les landes désolées, il ne doutait pas d'avoir été entendu... seulement, ce n'était pas par le Dieu d'Abraham .
Il pencha le visage sur le côté et considéra la beauté du jeune homme gracile près de lui .

''Vous auriez pu être un ange de lumière ...''

C'était le cas de tous les compagnons, à ce qu'il en savait .
Aucun d'entre eux ne présentait de ces envies meurtrières qui souillaient les coeurs de la noblesse locale en visite .
Il effleura du bout des doigts la joue du jeune homme . Ses yeux se fermaient à moitié, il avait l'impression de sombrer dans le sommeil .
Pas ici ... pas encore un réveil dans cet endroit atroce comme un remords .

''Aidez-moi à sortir ... et ... laissez-moi implorer le pardon du Seigneur ... et vous devriez implorer avec moi .''

Dans son humeur religieuse et légérement intégriste, Andi vouvoyait ses pairs .
Il ressentait en cet instant un sentiment étrange et passionné, le seul capable en un moment pareil d'adoucir un peu les tourments qu'il traversait .
Il avait envie de sauver l'autre jeune homme .
La fragilité apparente de son corps lui donnait le sentiment d'une possible protection contre le règne de Satan qui s'étendait entre ces murs, une possible alliance, et la rédemption pour lui, s'il parvenait à faire entrevoir à cet être déchu les lumières du salut .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Dim 17 Fév - 15:31

Julien, qui ne comprenait pas toujours ses allégations,,le regardait un peu crédule. Alors quand il parla de son âme, il faillit lâcher un rire.
L'âme, bien peu de chose que cela, il ne croyait plus en dieu, un dieu capable de laisser ses disciples dans des frayeurs, des douleurs et des perditions de la sorte ne pouvait exister.
Sans prendre une once de moquerie, il fut assez clair:

-Pardonnez mon impudence, mais dieu, s'il existe, nous à totalement oublié, nous, pauvres enfants perdus.

Il soupira, un vague de tristesse, qu'il balaya rapidement, passa sur son visage. La main qui cajola sa joue lui fit fermer les yeux.
Le peu de douceur qui régnait dans ce lieu faisait frissonner quand un peu se donnait entre des hommes.
Sauf que le jeune homme devant lui, malgré sa folie, avait des passages plus ou moins de clarté.
Et d"voir pu lui subtiliser son fouet lui donna une certaine assurance.
Quand il lui parla de s'enfuir, d'ange de lumière, il secoua négativement la tête.

-L'infirmerie, n'est pas obligatoire, nous pouvons nous trouver un endroit plus approprié et moins voyant, pour ce qui est de vous enfuir, je ne vous servirais à rien.

Il ne dit pas que secrètement, il espérait en son jeune Comte de Mortchêne qu'il l'emmène, un jour.. mais cette utopie le faisait avancer, donc il s'entêtait à rester.

-Venez avec moi, je vais vous soigner.

Le ton se fit ferme, sans pour autant commander, mais sans appel non plus.
Le prenant par la main, il le dirigea vers un lieu discret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Lun 18 Fév - 0:14

Choqué, Andi attira Julien à lui d'une poigne de fer .
Son index de la main droite, une main qui formait pour toujours le geste de la bénédiction, lui désigna le soupirail et la lumière qui en pleuvait, amenant la musique du dehors, la brise au goût de fleurs, les chants d'oiseaux ...

''Dieu existe, malheureux ..."

D'un ton sans réplique, il continua comme un dément en le fixant, les yeux dans les yeux, cherchant inconsciemment un réconfort dans la chaleur de son corps contre le sien .

"Dieu est là, avec nous ... Dieu nous regarde ... Dieu s'afflige ...''

Il chercha à reprendre le fouet et le lui montra avec un sourire de triomphe et d'extrême lassitude mêlées .

''Je n'ai besoin de rien . A Dieu j'offre ma douleur, mon jeûne et ma prière, pour effacer les offenses que mon corps lui a faites pour trouver son plaisir .''

Comme s'il avait changé d'avis, il lui rendit l'instrument et, se détournant, rejeta sa cape sur son épaule et dévoila un dos strié de marques inégales .

''Donnez-moi, mon ami, la souffrance purificatrice ... que le sang et les pleurs lavent mes fautes . Je vous offrirai une partie de ma peine en martyre, pour votre salut, à moins que vous ne souhaitiez vous joindre à moi dans le rituel de mortification de la chair .''

Des pleurs, il en versait déjà ... Un visage inflexible et pur, d'une beauté de glace, lui apparaissait dans le rai de lumière tombé du soupirail, un visage accusateur et paisible à la fois, cruellement détaché .
Il se souvenait de cet homme : un spectre qui revenait le hanter . Son vêtement était une robe de bure, et son regard irradiait la clarté pâle et inhumaine du paradis des Justes .
Andi se mit à trembler et abrita son visage de ses mains, chancelant .
Une fois encore, il glissa au pied du mur . Même les murs ne pouvaient plus le soutenir .

''La vérité est une honte ... mais vous avez dû contempler ici la honte de bien des hommes, Julien . Je ne fais pas cela pour l'amour de Dieu ... mais pour l'amour d'un homme ... il m'a demandé, au nom de Dieu, de renoncer à cet amour, et j'ai essayé, mais je n'y arrive pas ... je n'y arrive pas ...''

Ses yeux effrayés apparurent au-dessus de ses doigts entrecroisés, et cherchèrent un point d'appui .
Il n'y avait que ce prostitué devant lui, cette âme noire et pourtant douce et attentive, un paradoxe qu'il était trop faible pour s'expliquer .

''Du vin, de grâce, trouvez-moi du vin .''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Mer 20 Fév - 15:03

Totalement déconnecté de tout ça, Julien poussa un soupir. Il écoutait l'autre illuminé lui parler d'un dieu qui les avait laissé croupir ici et qui les regardait mourir à petit feu.
Il détourna le regard, ne voulant plus entendre quoi que ce soit.
Sauf qu'Androclès, continua, lui reprenant le fouet.
Il ne rechigna pas à le lui reprendre, et fut même surpris à le voir lui rendre.
Il voulait quoi ? Qu'il le punisse ?! Allons bon, il y avait donc plus barge que lui.
Peut être qu'il aurait la paix.. comme ça.

Il ne répliqua rien quand aux croyances de ce dernier, ne voulant pas risquer de se prendre un coup pour rien.
Androclès se laissa une fois encore aller contre un mur.
Il entrepris de l'aider, mais il l'écouta parler, d'un homme.
Croyant à un autre délire du genre, il leva les yeux au ciel.
Fatigué, lui aussi, il aurait aimé se coucher et dormir.
Mais l'autre voulait du vin maintenant !
Il soupira encore plus fort et se dit qu'il lui faudrait alors faire ce qu'il lui demandait s'il voulait avoir la paix.

Il le pris par la main, le forçant à se relever et entra dans une autre anti-chambre. Il voulait se faire punir, et bien allons-y !
Non pas qu'il était méchant, loin de là, mais entendre ses déblatérassions sur dieu et compagnie, il en pouvait plus.

Il le colla contre un mur et agilement, rapidement, il lui enchaina les mains.
Une sorte de frisson le parcourut, il tenait à la main cet instrument si souvent utilisé sur lui, qui l'avait fait jouir bon nombre de fois et cette fois, c'était lui qui allait s'en servir.
Une pique sur son bas ventre venait de lui tirer une grimace, mais il se repris bien vite.
Il ferait tourner cet homme d'un côté ou d'un autre, selon son humeur. Mais il commencerait par le dos..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Mer 20 Fév - 15:48

''Du vin ...'' marmonnait Androclès en suivant le mouvement, trébuchant à cause de ses cuisses meurtries par les assauts, le regard vague .
Il lui sembla qu'un voile noir passait devant ses yeux, et brusquement se trouva dans une salle qui avait tout des enfers tels qu'il se les imaginait .
Il avala sa salive et regarda autour de lui .
Un réchaud qui rougeoyait en grondant doucement dans un coin lui fit cligner des yeux .
Une série de chaînes qui pendaient du plafond se terminaient par des anneaux lourds et coupants, dont deux se refermèrent dans un claquement sur ses poignets .

''Es-tu un ange des ténèbres Julien ?'' interrogea-t-il d'une voix lasse .
Il devait être mort ...

''Frappe,'' s'entendit-il supplier, comme si son âme avait en effet quitté son corps et ne le voyait plus que comme un instrument de rédemption .
''Fais naître une boule de douleur dans mon coeur vicié . Fais monter la douleur comme un serpent dans mes reins . Donne-lui la force de mordre et déchirer, jusqu'à ouvrir ma peau . Brise mon orgueil et transperce ma chair coupable ...''

Comme à chaque fois qu'il était mélancolique, il redevenait le poète maudit qui avait séduit les hommes, pour la première fois, à visage découvert .
Son coeur s'emplissait d'amour au lieu de sang, mais cet amour était un venin, car il s'adressait à un être perdu .
Les morsures du fouet feraient du moins couler ce venin hors de lui ...
Comme les martyrs transfigurés sur les tableaux de maîtres il s'arqua et ferma les yeux pour recevoir son châtiment .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Mer 20 Fév - 20:26

Julien, prêt à frapper ce corps désireux, laissa son geste en suspend. Il l'écoutait. La bouche close, il avait du mal à y croire.
Mais avec tout cela, toutes ses paroles, toutes ses divagations, il ne pouvait pas. Non.
lâchant le fouet, roulant à ses pieds, Julien s'approcha de lui.
Un main parcouru alors son dos.
Il le fit se retourner et une fois de face, il chercha comment, par quel miracle (?), il avait totalement déconnecté son cerveau, sa logique de la réalité.

-Je ne pourrais pas vous faire de mal, votre corps, ici, là, ou encore ici, semble souffrir plus qu'il ne le faut..


A chaque parole il y mettait son geste, non en appuyant comme l'aurait fait un sadique de première, mais plutôt une caresse, sur ses coupures et bleus.
Sa main se risqua même sur le sexe.
Une couleur légèrement sombre. La pièce n'arrangeant pas sa vue, il le caressa, comme il aurait caressé une main, ou une épaule.

-Votre souffrance, mentale et physique, doit être guéri, autrement que par cette violence que vous vous affligé.


Cette caresse devint un peu plus précise, appuyée. Ses yeux se plongèrent dans ceux d'Androclès.
Le tout, serait qu'il ne le pousse pas dans ses retranchements, les sombres coins de son cœur pour qu'il n'arrive à le fouetter comme il le demande.
En tout cas, il resta là, devant ce torse si masculin, si grand, si fort.
Sans pour autant chercher à se faire plaisir, il l'embrassa, de part et d'autres comme il aurait embrassé un enfant pour le consoler.
Sa main occupée se stoppa et il l'embrassa doucement, chastement, sur la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Jeu 21 Fév - 19:14

''On dit qu'il faut soigner le mal par le mal ... mais soigner la débauche par des gestes contre-nature, cela ne se peut ...''

La voix d'Androclès était à présent faible . Il savait que son corps ne demandait qu'à le trahir pour un peu de douceur, de caresses .
Il tira sur ses chaînes, qui sonnèrent, pour se rapprocher de Julien, presser ses lèvres contre les siennes .
Ses cheveux l'aveuglèrent . Il avança les hanches, lentement, en une supplique silencieuse pour que cette main fraîche apaise de nouveau sa chair brûlée de plaisirs coupables .

''La damnation me fait peur ... il est hors d'ici un ange de lumière ... si je meurs damné, nous serons séparés, en plus de cette terre, pour l'éternité ...''

Son aveu avait flotté entre les murs sombres comme une colombe prisonnière d'une tour aux murailles épaisses .
Son regard troublé, sous son rideau de cheveux, ne distinguait plus les traits de son vis-à-vis .
Il rêva un instant que son ange était descendu le chercher au fond des tourments auxquels il l'avait lui-même condamné .
Androclès avait donc assez offert de souffrances en sacrifice ? Etait-il maintenant digne de le tenir dans ses bras ?
Son coeur battait plus vite, presque à se rompre .
Il ne voulait pas mourir maintenant ...
Un gémissement d'angoisse passa ses lèvres, pareil aux pleurs d'un petit garçon effrayé .
Il aurait tellement voulu du vin, pour calmer sa détresse et lui donner les fausses certitudes de l'ivresse ...

''Aidez-moi ...''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Jeu 21 Fév - 20:57

Julien n'en finissait pas de le découvrir. Chose normale, un paria comme lui au milieu de cette faune, il faisait tache dans le décor.
Mais cet homme, si proche de dieu, semblait il, était au abois, la douleur qu'il laissait entrevoir lui renvoya la sienne en pleine figure.
Lui aussi il avait mal, mal dans ses chairs, depuis peu, il rêvait à sortir de là, de retrouver ce comte, si bon pour lui, même si les humeurs de ce dernier l'avaient fait trembler, saigner, presque mourir.
Il aimait tellement ça, cette sensation de chair s'ouvrant sous le passage de son sexe si épais..
Un frisson le réveilla, et pour mieux accueillir les lèvres d'Androclès.
Lui qui s'était voulut doux, chaste, en frère, il ne put réprimer un gémissement, écrasé par des lèvres bien gonflées.

Sa main caressa alors la joue de ce fou et toujours aussi calmement, pas grand chose ne le stressait à vrai dire, il repris son sexe, gonflant petit à petit sous sa caresse.
Mais il n'avait pas oublié le vin, il voulait simplement qu'il soit le plus clair possible pour ne pas se voiler la face.

-Je vous aiderai, à ma manière, mais il faut d'abord vous accepter et vous dire que dieu, dans sa bonté d'âme, n'a jamais puni ceux qui n'ont pas réussi à tenir leur promesse. Vous êtes un ange perdu, Androclès.

Première fois qu'il prononçait son nom.
Bizarrement, il frissonna, son sexe encore voilé de soie, laissait tout à penser grâce au tissus quelque peu tendu que son désir se réveillait.

-Jamais ne vous a t on fait l'amour, tendrement, même si la brutalité s'en mêle par le désir ?


Il voulait surtout savoir s'il était un extra terrestre ou non..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Dim 24 Fév - 18:42

Le ton de la confession apparut, étrange et déplacé sur ce visage en proie aux troubles inspirés par l'enfer .
Androclès avait beaucoup crié cette nuit-là, il avait aussi soif de simples paroles ayant un sens que de vin .

''Pourquoi me demandez-vous cela ? J'ai eu souvent des relations charnelles qui m'ont semblé agréables, qu'elles soient tendres et complices ou fougueuses et flamboyantes . Mais c'était une illusion . Visant à éloigner mon âme de celui qui reviendra un jour la sauver .''

A la vérité il savait à peine ce qu'il disait .
Si son homme de Dieu bien-aimé mettait un jour les pieds dans ce lieu de perdition, il perdrait tous ses repères pour de bon .
Du moins ses repères spirituels, ayant trait à la foi .

''Vous voulez que je reconnaisse l'absence de pitié du Très-Haut ... mais quel intérêt cela aurait-il pour vous de faire plonger votre prochain dans le désespoir, si ce n'est pas le diable qui vous envoie pour gagner mon âme ?''

Avec un triste soupir, il jeta un regard à son bas-ventre qui trahissait son envie de contacts et de plaisir .
Il tira mélancoliquement sur ses chaînes . Rien à faire pour s'en délivrer, bien sûr . Il reconnaissait mieux que quiconque l'indifférence de Dieu ...
Mais s'il se l'avouait ? Que resterait-il de lui ?
Pas grand-chose, c'était à craindre .
Il était dans une impasse, seul avec un être dont il éprouvait une grande difficulté à décrypter les intentions . Une envie de le prendre dans ses bras naquit dans son esprit épuisé, mais les chaînes étaient là pour le prémunir de cette tentation désastreuse .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Dim 9 Mar - 16:57

Julien ne comprenait définitivement pas pourquoi il s'acharnait à croire en un dieu franchement absent de cette terre pour bien trop de monde et pourquoi cet homme si intelligent, vraisemblablement, attendait un homme, d'église de surcroit, pour venir le délivrer. Aucune logique, ne lui apparaissait dans ces propos.

Sa main caressant toujours sa joue, il le bécota du bout des lèvres, jouant ainsi une mélodie que lui seul connaissait. De son autre main, il fit en sorte de le monter en extase. Rien qu'à la vue de se sexe, bien moins imposant que celui d'Anastase, il en appréciât les rondeurs et de sa langue gourmande, il se pourlécha les lèvres.

Pour ce qui était de cette discution théologique, il se lassa, ce genre de choses, il ne les acceptait pas et ne voulait même pas imaginer qu'un dieu pouvait se permettre de rire d'eux ou quand bien même, de les observer sans rien faire pour leur survie ou pour leur âmes. Donc autant ne croire en rien, cela évite les déceptions et les envies de suicides.

A le voir ainsi, tirant sur ses chaines avec si peu de vigueur et de motivation Julien fit la moue et finit par lui décrocher une main. Qui sait, il saurait surement s'en servir. Mais à une seule condition, qu'il ne parle plus de ce dieu. Enfin ça, il le pensait, il ne se permettrait peut être pas de le lui faire remarquer.

Se collant à lui, il lui sourit. Couvrant cette peau de baisers et de tendresse. Non pas qu'il était tendre, mais lasse de ses amants, forcés, violents, Julien se sentait d'humeur câline. Du moins, il en avait besoin.. En aurait il, cela reste a voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Androclès Tasch
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : In love, always two: one bored, the other sad
Titre : Reine de la Nuit lol
Loisirs : I got the Six - Give me your Nine ^^
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Mar 11 Mar - 18:14

''Je ne suis qu'un être faible,'' murmura Androclès . Sa main vint se poser sur les reins de son compagnon et il l'attira plus près, inspirant profondément son odeur pour se donner courage .
Doucement, le bout de ses doigts et celui de ses ongles glissa au long de sa colonne vertébrale et caressa la naissance de ses fesses, tandis que ses yeux se fermaient pour mieux apprécier la forme invisible de son corps .
Il faisait déjà moins froid . Se rapprochait-on de l'enfer ? Qu'importe, il voulait bien mourir mais pas de froid ... pas de solitude .
Une de ses jambes s'avança et attira de même celle qui lui faisait face, à laquelle elle se frotta longuement .
Le plaisir que lui donnait la main de Julien lui fit pousser un soupir étouffé qui se perdit dans les cheveux noirs .
Encore plus près ...
Lorsqu'ils furent l'un contre l'autre, le bras d'Andi serra l'autre jeune homme de toutes ses forces, dans une sorte de sanglot, et il resta un instant ainsi avant de se détendre un peu, avançant et reculant son bassin en une danse sensuelle pour éprouver par le contact l'excitation de son vis-à-vis .

''Vous allez me faire l'amour ?'' demanda-t-il d'une voix douce, résignée et presque souriante .

Le Seigneur n'a-t-il pas dit : aimez-vous les uns les autres ?
Une phrase qu'il avait criée, avec désespoir, à son ancien compagnon l'ecclésiastique qui refusait d'entendre la voix de la passion .
Elle ne lui servait aujourd'hui plus de rien .
Il était tombé dans le fleuve où il aurait voulu baptiser son bien-aimé, il était prisonnier de cette liberté qu'il avait quêté .
Ce sentiment de culpabilité était en réalité sa seule prison, mais comment pouvait-il s'en rendre compte ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien de Jambville
Compagnon
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 40
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   Mar 11 Mar - 19:46

Bizarrement, pas une fois il imagina lui faire l'amour. Oui, dans sa tête, faire l'amour serait de tenir le rôle d'actif.
Idée bien saugrenue sachant que jamais, ô grand jamais, il n'avait été un jour dominant, dans quelques situations que se soit. Donc, à cette question, il ne le regarda comme l'enfant regarde sa mère, naïf, tout simplement.

-Non... je ne saurais faire et surtout, oser prendre cette décision, mais vous aimer un tant soit peu, réchauffer nos corps, découvrir vos bras, oui.


Le ton avait été doux, emprunt de compassion et son sourire qui ne le quittait pas. Julien ne souriait pas, ou peu. Seulement pour Anastase. Et encore, souvent par pudeur, il détournait le regard pour laisser les vagues de plaisir et/ou de joie se lire sur son visage.

La puissance, pourtant douce, mais directive d'Androclès le fit feuler, à la manière d'un chat. Une onde lui parcourut alors l'échine et bien loin de tout, il sentait son corps s'abandonner à celui de cet enchainé.
Remuant lui aussi en cadence avec son bassin, il ferma les yeux.
Sa bouche goutait toujours tant et plus à cette peau.
Des trous dans ses chairs trahissaient certaines pratiques que lui même n'aurait pas supporté. Bien qu'il eut déjà supporté beaucoup question douleur et coups, mais comme pour cajoler, guérir, il massait, embrassait chaque traces sur ce corps.

Sa descente se faisait précise, aiguisée. Prenant son pourpoint doucement, mais à pleine main, il déposa une myriade de baisers, aussi léger que des papillons. Sa quête de douceur prenait le pas sur sa froideur habituelle, son détachement certain face aux âfres de l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bell-liberty-school.realbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par un beau matin de printemps ... vi c ironique . u.u
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poèmes de printemps
» MARTIN HD 35 - PICKING
» Stravinsky - Le Sacre du printemps
» Reveil matin direct sur votre ordinateur
» Stravinsky - Le Sacre du printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hôtel de Guerray :: L'intèrieur de l'hôtel. :: Salle de dressage-
Sauter vers: